· 

La Nature de l'Homme

Retrouvez toute l'actualité de Corinne Lebrat

directement sur le site

"Actualités" >>

 

La Nature et l’Homme,

l’Homme et la Nature,

la Nature de l’Homme.

 

🌳La Nature et l’Homme

 

J’ai parcouru un petit bout de chemin sur cette terre et je dois dire que partout où je suis allée, elle remplit son contrat.

Magnifique, généreuse, abondante, exubérante, parfaitement adaptée, elle offre à l’homme, l’indispensable à sa vie.

Dans les îles, il n’y a pas d’animaux sauvages, mais les poissons multicolores y sont en abondance, les arbres croulent sous le poids des mangues, avocats, fruits à pain, mapé, noix, noix de coco, etc, etc… Aux propriétés plus nourrissantes les unes que les autres.

Nature parfaite qui veille à donner à l’homme qui foule sa terre ce dont il a besoin pour se nourrir, mais aussi pour son bien-être, son équilibre, son épanouissement et son harmonie.

Tout est fait pour lui être agréable, et pour son développement !

 

🌳L'Homme et la Nature

 

Au Pérou, j’ai été fascinée de voir sa capacité d’adaptation, à 5000 m d’altitude, rien ne pousse si ce n’est les plantes indispensables pour se réchauffer, se soigner.

L’homme a donc acquis un savoir que l’on ne retrouve, aussi développé, nulle part ailleurs, celui de la conservation !

  • Des greniers conservent des graines et légumes déshydratés, pomme de terre aux variétés  innombrable, légumineuses, haricots de toutes les couleurs, on dirait parfois des perles, maïs, la aussi très grande variété, fèves, etc, etc…
  • En montagne à ces hauteurs, on mange peu de viande car elle épaissit le sang, rend malade. Alors on va utiliser des cochons d’Inde pour donner du goût aux ragouts bien chauds qu’il est bon de consommer, et les jours de grande fête, du lama, de l’alpaga, et dans des temps plus anciens de la vigogne.
  • Les poils et peaux de ces animaux lui offrent la meilleure des protections contre le froid.

Je me souviens d’une nuit à 4800m d’altitude sans chauffage, avec deux couvertures épaisses. Seuls les aboiements des chiens qui veillent au cours de la nuit m’ont réveillée.

 

La nature remplit son contrat encore une fois, et a donné à l’homme la possibilité de s’adapter à ces extrêmes.

 

⚠️La Nature de l’homme

 

Partout où je suis allée, j’ai rencontré des gens magnifiques, fascinants, étonnants, parfaitement adaptés à leur environnement, mais toujours, toujours à vouloir toujours plus que ce que leur terre leur donne.

 

C’est ainsi que sur les hauteurs du Pérou nous avons retrouvé des centaines de bouteilles de plastiques vides, les mêmes à Tahiti, Bora-Bora, à la Réunion, en Guadeloupe ou en Afrique.

Les gens voient bien que ça n’a rien à faire dans leurs espaces, et ça les gène. Alors ils les brûlent, ou les enterrent, ou les laissent se dégrader sur le sol et puis la mer les emporte pour les redéposer plus loin.

 

Une gourde suffirait, une gourde à chacun suffirait pour arrêter ce problème, mais il y a Coca-Cola, et Orangina, et Sprite, mais aussi Nutella, la Vache qui Rit, Haribo, etc.

 

Tous ces produits inutiles mais que la télévision a rendu indispensables rendent obèses mais surtout malades hommes, femmes et enfants de là-bas.

 

L’homme veut toujours plus et surtout ce qu’il n’a pas.

  • Les brunes veulent être blondes,
  • les gens de couleur une peau toujours plus claire,
  • les blancs une peau mate, bronzée,
  • les frisés des cheveux plats,
  • et ceux qui les ont raides, frisés.

La nature de l’homme est aveugle, il courre en avant ou reste bloqué dans le passé,

 

La raisonnance de la satisfaction étant le présent, 

 

Tant qu’il ne s’arrêtera pas un moment pour respirer, il entraînera avec lui la scie qui coupe la branche sur laquelle il est assis.

 

La terre aujourd’hui ne peut plus suivre,

nous en consommons 4,5 fois

plus qu’elle ne peut en produire par an.

 

Allons-nous nous arrêter un jour de vouloir ?

 

La nature suit son cours, indépendamment de l’homme, elle accepte mais ne s’adapte pas, se transforme seulement, ce qui est perdu l’est à tout jamais.

 

Nous vivons des moments de grand chamboulement :

  • Il fait chaud
  • ou il faisait froid.
  • L’eau disparaît dans certain endroit, abonde là où on ne s’y attendait pas.
  • La terre bouge se révolte, hurle l’alerte, et sans reconnaissance de notre part, peut-être annonce ses grands changements.

 

Alors amis (ies) du net, aujourd’hui dans ces périodes de Noël et de grande consommation, pouvez-vous prendre conscience que dans chaque chose que vous allez voir, manger, boire, recevoir, avoir, il y a derrière une terre.

 

Bien à vous dans la joie du partage.

 

Corinne Lebrat

 


Si vous le souhaitez,

vous pouvez partager cet article sur votre page Facebook !! 👍

↙️Cliquez sur la petite icône en bas à gauche de cette page 

Commentaires: 1
  • #1

    Emmanuelle E (mercredi, 18 décembre 2019 10:34)

    Merci Corine pour ce rappel si important ��