Le Génie

⚠️ Avertissement : 

Cet échange est un échange personnel avec les personnages de Rénessiau, je vous les partage parce-que beaucoup d’entre vous nous ont manifesté leur intérêt.

Ne voyez ici qu’une information pour tous, qui ne peut que nous aider à comprendre la situation que nous vivons et que nous allons vivre.

Bonne lecture.

Le Génie de Rénessiau


Il y a bien longtemps, 1 à 2 ans, que j’ai entendu et vu un endroit de la maison bien précis où une énergie autonome, j’entends par là une identité propre, résidait.

Et puis le temps est passé, les travaux aussi, doucement à notre rythme tranquillement, d’abord l’étage, puis le rez-de-chaussée.

Bien-sûr que ce n’est pas fini, mais les travaux d’une maison ne le sont jamais vraiment. On évolue, la maison aussi, on change, on transforme, ou la quitte lorsque le taux vibratoire ne correspond plus.

Oui c’est comme ça. On va vivre dans un endroit parce-que c’est celui qui correspond au travail que l’on a à faire sur soi, puis régulièrement on déplace les meubles, les cloisons, on change la fonction des pièces, parce-que nous évoluons et le lieu aussi.
Ainsi lorsque on a fait le tour ou expérimenté complètement le taux vibratoire du lieu, et bien on commence à avoir envie de déménager, de rêver à d’autres lieux, d’être toujours dehors, partis.

Il est temps de changer de vibration, d’énergie, celle que nous offrait notre appartement, maison, ne correspond plus, ne nous nourrit plus.

 

Mais j’en reviens à cette identité propre, qui habite ma maison, mon nouveau lieu de vie.

Je l’avais complètement oubliée, jusqu’à ce que j’arrive à ce point en faisant les joints du sol.
Je suis absolument concentrée, et suis tirée de mes pensées par un :

- « Hello, oh, oh, hello, hello, hello, hello »

Qui n’en finissait plus.
Au bout d’un moment quand même, je réagis :

- Ben ? C’est quoi ça ???
- Plutôt qui !

- Oui c’est qui ?

- Je suis le génie
- ???

- Mais si je t’ai déjà contacté, tu ne te rappelles pas ? »
- Siiiiii, mais ça fait un certain temps.
- Oui, et bien je suis toujours là.
- Excuse moi ! dis-je en retenant un petit rire, Un génie ? Ça consiste en quoi ? Parce-que à part celui d’Aladin, je suis vraiment désolée, mais c’est ma seule référence, ne te vexe surtout pas je suis vraiment ignorante sur le sujet.
- Je ne me vexe pas, nous ne fonctionnons pas comme vous, les émotions ne sont pas les mêmes, et parce-que je vois en toi, j’entends tes pensées et je vois bien que tu ne connais effectivement rien ou si peu sur nous.
- Ha oui tu vois tout ça ?
- Oui

- Bon alors, je peux te demander ce que je veux et tu m’y donnes accès ?
- On peut dire cela comme ça, même si il y a quelques règles
- Tu peux me les dire ?
- Non, elles sont pour moi, toi tu les découvriras au fur et à mesure de tes demandes. Nous nous naissons avec, comme des outils livrés avec le produit.
- Ok, est-ce que je dois faire quelque chose de particulier ?
- Et bien c’est déjà E X T R A O R D I N A I R E que tu m’entendes, que tu sois consciente de ma présence et un miracle que nous puissions communiquer !
- Ah ! 
- Ça fait très longtemps que j’attends, mais ça valait le coup !
- Très longtemps que tu attendais quoi ?
- Et bien un nouveau maitre.
- Un nouveau maitre ?
- Oui les génies ont besoin pour pouvoir vivre d’un maitre, sinon ils sont en latence, on peut attendre pendant des siècles, même si la valeur du temps n’est pas la même pour nous, ça fait un peu long. »
- Oui, je comprends. dis-je en souriant. L’idée m'amuse d’avoir un génie dans la maison, mais je reconnais que je ne sais pas ce que ça va changer dans ma vie ? J’espère que la cohabitation sera cool, sereine.
- Alors quelles sont tes fonctions ?
- Demande moi et je te dirais.
- Tu exauces les voeux ?
- Oui, mais tout dépend quels voeux.
- Tu peux me faire gagner au loto ?
- Ah les humains, vous êtes totalement prisonniers de ce que VOUS avez créé et lorsque vous avez une demande, c’est de replonger dedans. Non ce n’est pas ce genre de demande que je peux honorer. Pour te donner une idée, te rappelles-tu de l’Elfe de maison dans le film Harry Potter ?
- Oui
- Et bien c’est plus à cela que tu peux m’apparenter.

- Oh ben ça alors, Rénéssiau m’épatera toujours, me voilà avec un elfe de maison, chez moi. Je ne peux me retenir de rire, et il rit avec moi. Je n’ai pas vraiment compris ce que je peux lui demander, ce qu’il peut faire, en quoi consiste mon rôle de maître, mais c’est pas grave, je me doute que si nous nous sommes rencontrés, c’est que ça doit être pour des raisons évidentes que je découvrirai avec le temps.

 

Donc me voilà avec un elfe de maison chez moi, pile-poil au centre de la maison. Je lui pose la question :

- Dois-je mettre de l’encens pour toi, nettoyer le lieu, faire des offrandes ?
Je le vois se dandiner de plaisir, et me dire :
- Je veux bien un objet, joli, saint, honorable marquer mon espace, histoire que tout le monde ne me passe pas dessus au quotidien.
- Bon d’un autre côté tu es tout de même un peu sur le passage.
- Justement !...
- Ok, et tu as une idée ?
- ……..

Bon connexion terminée, débrouille-toi Corinne !
- Un joli Bouddha ?
- ……..
Un peu trop …… spirituel, ok.
Ben on verra plus tard, là je sais pas.

C’est ainsi que les jours suivant, je suis repartie dans les travaux et que je ne repense à cet elfe de maison que juste avant de m’endormir. C’est agréable et je sais que nous faisons connaissance comme ça, moi en l’autorisant à m’accompagner dans mon sommeil et en lui demandant de veiller à sa qualité, lui répondant par vibrations, ondes positives et apaisantes.

Après la pause du mortier pour les joints, il faut les gratter, c’est ainsi que quelques jours plus tard, je reviens sur l’espace du génie, sans m’en rendre compte, concentrée que je suis quand je fais ce genre de boulot.

- Coucou ! Et ohhhhhh.
- Ah oui, salut, comment tu vas aujourd’hui ?
- Bien, merci, je reprends vie, tu as trouvé ce que tu vas mettre sur mon espace ?
- Euh non, pas encore, mais pourquoi tu me dis pas ?
- Non ça marche pas comme ça, je suis à ton service, je n’ai pas à avoir d’exigences, délimiter mon espace c’est la reconnaissance de ma présence ça s’arrête là pour moi.
- Écoute Génie, je ne sais pas quoi te demander ? Là comme ça ? Je ne veux pas faire de bêtises, j’ai besoin de réfléchir, les conséquences de nos demandes sont parfois tellement catastrophiques que je préférerais prendre mon temps !
- Je suis là, tu le sais, je suis heureux de pouvoir communiquer avec toi, pas de soucis, prends le temps.
- Cool ! Je suis drôlement soulagée.

Ça y est le sol du bas est terminé ! On peut commencer à descendre les meubles et investir l’espace. Mes enfants sont venus nous donner un coup de mains, occasion de nous retrouver de partager pendant une journée ensoleillée de printemps.

Mais chacun vaque à ses occupations, et au bout d’un moment je ne gère plus rien. Mon génie se met à crier, je me retourne et effectivement on lui a collé la cuisinière à gaz sur le nez !
- Euuuuh... ! Peut-être pas là la cuisinière.
- Ouais ben pour aujourd’hui si, parce-qu’on sait pas où la mettre.
Je regarde autour de moi et effectivement, c’est le bazar.
- Bon désolée le génie, je la changerai de place dès demain quand tout le monde sera parti. »
Il marmonne quelque chose, mais n’ayant pas le choix….

Plus tard, il est temps de faire le café, et celui-là même qui a installé la cuisinière, s’y colle.
Il n’arrive tout d’abord pas à allumer le gaz, puis la bouilloire déborde, et à la fin une odeur de gaz nous fait douter du bon assemblage des tuyaux.

En regardant de loin, je vois le génie, auteur de ces farces, je souris dans ma barbe en me gardant bien de dire quoi que ce soit.

Et puis tout le monde s’en va. Je reste seule dans ma montagne, un peu nostalgique et le bonheur immense de retrouver le silence. Ce soir là je me couche à 20h30 tellement la journée fut bien remplie.

Après une bonne nuit de sommeil, me revoilà en pleine forme, je nettoie, range, remets de l’ordre.
À peine une heure passée, que j’entends :
- Tu penses à la cuisinière ?
Je fais comme si je n'avais rien entendu. Je suis seule et je ne sais pas comment je vais la bouger, de plus il y a la bouteille de gaz avec, porter les deux en même temps ???

14h
- Ce n’est pas très confortable ça, tu penses la déplacer quand ?
- Écoute je suis seule, c’est quand même pas léger, et il y a la bouteille avec.
- Pas de soucis, tu va voir il y en a pour 5 minutes.
- Mais je fais comment ?
- Prends le diable, il est là juste là, je me suis débrouillé pour qu’ils l’oublient. Me dit-il avec un petit clin d’oeil.
Je réfléchis, c’est faisable.
Et hop, le diable, je charge la cuisinière dessus, j’avance un peu, je fais suivre la bouteille, tout se passe à merveille, en cinq minutes c’est effectivement terminé !

Je vois le génie s’étirer, respirer, il est heureux !
Bon maintenant je mets quoi à la place pour que l’on ne marche pas à cet endroit constamment ?

Une petite table, une belle appophylite et voilà le tour est joué. Voilà un génie qui prend ses marques, diffuse dans la maison des énergies apaisantes, joyeuses, c’est vraiment mon ressenti.

Voilà amies, amis du net, l’histoire du génie de Rénessiau.


Ce lieu est magique, le monde invisible, pour peu qu’on lâche l’hyper activité de celui des villes, révèle un désir sincère de nous recontacter, que ce soit le monde des élémentaux de la forêt, l’âme des pierres, l’esprit de la maison, même les animaux sauvages. Tout tout a besoin et surtout envie de communiquer.

Si vous décidez de venir faire un passage du côté d’ici, je n’hésiterai pas à vous les présenter,

En attendant, portez vous bien dans la joie des rencontres.

Corinne Lebrat

 

Rénessiau, Avril 2021.

 

Bien à vous dans la joie du partage.

 

Corinne Lebrat

 


Si vous le souhaitez,

vous pouvez partager cet article sur votre page Facebook !! 👍

↙️Cliquez sur la petite icône en bas à gauche de cette page 

Commentaires: 0