· 

Une Sorcière réhabilitée

 

Une Sorcière réhabilitée 

 

 

Sorcière, je ne suis pas vraiment claire avec ce mot,

Il est temps de faire le point !

Est-ce parce qu’elles jouissent d’une mauvaise réputation ?

 

Dans les contes pour enfants ce sont toujours des femmes et elles sont toujours les méchantes, les vilaines, les pas belles, elles représentent le mal de ce qu’il peut y avoir de pire pour l’humanité.

Pourtant chaque fois, il est reconnu qu’elles maitrisent parfaitement les vertus des plantes, qu’elles ont une intuition naturelle, du bon sens. On vient leur demander des conseils, de l’aide. On vient les voir pour des grossesses qui se passent mal, ou parce qu’il n’y a pas de médecins, pour des potions en tous genres contre des maladies ou des mal-êtres divers et variés aux causes innombrables.

Et malgré les médisances dont elles sont victimes, pas rancunières, elles rendent service à tous.

Elles ont toujours eu une place non négligeable auprès des plus ou moins grands du monde, encore aujourd’hui dans une très grande discrétion, entre conseils et intuition, visions et prédilections.

Quand on regarde en détail, elles n’étaient finalement pas si « mauvaises" ces femmes-là.

Débrouillardes, pas envahissantes, vivant loin de tout dans les forêts ou campagnes, autonomes.

Et c’est peut-être ce qui énerve, elles n’ont besoin de personnes. 

Alors, alors, pourquoi autant de méfiance ?

Pourquoi autant de cruauté envers ces personnages ?

On a reconnu le génocide des Arméniens, celui des Juifs, des Amérindiens et mon Dieu de combien d’autres encore ?

C’est pourtant bien d’un génocide dont elles ont été victimes. Des milliers de « sorcières » ont fini sur les bûchers, torturées, assassinées. L’éradication complète du mal par ces femmes qui refusaient de se soumettre, était la volonté religieuse au XIV/XV siècle, puis certainement de beaucoup de volontés plus personnelles.

Selon Mona Chollet dans son livre « La puissance invaincue des femmes » de simples maris jaloux ou souhaitant changer de compagnes, les dénonçaient.

Bien sûr, des hommes ont aussi connu ce traitement, mais la parité n’est pas égale.

Une tendance pourtant est en train de s’amorcer, des séries, livres, films inversent les croyances, de la sorcière vilaine, on passe à la beauté indomptable, de l’idiote égoïste on passe à la surdouée dévouée. La sorcière devient super Woman.

 

Sans être la sorcière de la rue Mouftard ou ma sorcière bien aimée, je me reconnais tellement dans ces personnages légendaires. Mon agacement vient peut-être du fait que lorsque j’avais 4 ans je faisais l’intermédiaire entre le tonton décédé et ma mère qui le pleurait, cela m’a valu des claques.

Qu’à 12 ans j’ôtais mon plâtre posé par le grand médecin et que je me « reboutais » toute seule, ma mère m’obligeant à le remettre le jour J, un mois après, pour que le monsieur le découpe et « me libère ».

Ou qu’à 25 ans les gens du village changeaient de trottoir en me traitant de sorcière, je ne faisais pourtant à l’époque que mon travail de rebouteux/magnétiseur, même si les harpies du patelin venaient me voir pour que jette un sort à leur mari afin qu’ils finissent dans la fosse à purin, dans un accident de la route ou de chasse.

Ou peut-être que c’était parce qu’on me disait guérisseuse, du fait d’avoir libéré un gosse de toutes ses crises d’épilepsies, un autre d’eczéma qui lui bouffait le corps entier ou peut-être parce qu’un balais incessant de voiture du monde entier venait s’arrêter devant chez moi ?

La réputation, les qu’en-dira-t’on, la jalousie peut-être, l’ignorance c’est sûr, était l’origine de ce qui devait être une insulte.

Heureusement pour moi, nous sommes au 21ème siècle, on ne finit plus sur les bûchers, pourtant ça a très peu évolué !

La torture est toujours là, plus psychologique, émotionnelle. Elle nous pousse à se mentir à soi et à jouer un rôle qui n’est pas le nôtre. Elle nous oblige à douter de nous pour pouvoir être acceptée par le monde, par son entourage, ses proches, et même (je crois que c’est le pire) sa famille.

C’est terrible car on se perd, on perd le goût de soi, le goût de la vie. Je pense que beaucoup de sorcières et de sorciers ont fini en dépression dans des hôpitaux psychiatriques. Certains, certaines vivotent entre amis compatissants, sans jamais essayé de porter leur attention à ce que la nature leur a offert si généreusement.

Pour moi ces talents jugés « anormaux » viennent d’un accès spontané à l’intelligence naturelle humaine, informations issues des expériences passées, accumulées au fil des siècles de l’humanité et transmises tout aussi naturellement de mères en filles.

Ce qui m’énerve dans le mot « sorcière » c’est bien ça, le jugement face à l’ignorance et donc, comme tout ce que l’on ignore, la peur, la méfiance associée.

Moi je me sentais bienveillante, pleine de compassion j’avais du mal à entendre la souffrance de l’autre sans essayer de tenter de soulager.

Ma vie fut bien compliquée entre rejets, désirs de me soumettre, je reconnais que j’ai maintes fois douté, voulu ne plus entendre, ne plus faire.

 

Mais on n’échappe pas à son destin,

le mien donc, fut celui d’une sorcière dans tout son art !

 

Conseils de plantes, alimentaire, de compléments, de pierres, fabrications d’artéfacts, de rituels, passage des mains, rééquilibrage des ondes, vibrations, fréquences, conversations avec le monde des morts, et beaucoup d’autres, prédilections, prémonitions, voyances.

Tout, tout y est passé, oh ce fut passionnant, magnifique, vrai !

Ma vie entière fut le dévouement à ces pratiques et je dois reconnaitre que les seuls problèmes rencontrés furent dans la relation humaine. Là effectivement, comme pour ces milliers de sorcières de part les  siècles passés, l’incompréhension totale de nos pairs.

 

Voilà je crois que la boucle est bouclée, la sorcière qui me dérangeait était sans aucun doute la partie de moi que mes proches, ma famille refusait et refuse encore de voir. Pourtant elle les a nourris, soignés, aimés, financés, mais c’est un fait, l’acceptation de qui je suis, de cette partie de moi  n’est pas là !

Finalement je suis une sorcière à n’en plus douter, la reconnaissance de moi-même me réconcilie avec ce mot et qui sait peut-être avec le monde ?

Aujourd’hui je suis le même chemin que mes aînées, je vis seule dans la montagne reculée de tout et de tous avec mon chien tout noir et mon chat (indispensable pour une sorcière 😉) au milieu de la nature, de la forêt.

C’est un choix qui me va bien, que j’ai fait sciemment et librement, même si le froid parfois m’est difficile il est « le prix de la liberté ».

Étrangement cette petite reine des neiges que ce soit dans le 1 ou le 2 me parle fortement, (si vous n’avez pas vu, regardez, absolument, c’est moi !)

 

Je plaisante évidement, mais si quelqu’un venait à avoir besoin de mes services, je suis disponible si il/elle a la force et le courage de venir jusqu’à moi. (Cf. Immersion à l'Essentiel >>

 

Portez vous bien,

 

La sorcière de Rénessiau, Corinne Lebrat

 


Vous pouvez aider Corinne à faire connaître son travail,

Partagez cet article sur votre page Facebook !! 👍

↙️Cliquez sur la petite icône en bas à gauche de cette page 

Commentaires: 2
  • #2

    Laurette MONTFORT (vendredi, 05 février 2021 11:15)

    Bonjour Corinne,
    Votre confession est émouvante, touchante...
    Je vous transmets toute ma gratitude pour vos actions, qui depuis toutes ces nombreuses années m'ont accompagnés sur mon chemin, et continues.
    Je vous sens quelque peu en décalage avec ce monde dans lequel nous vivons, votre sensibilité exacerbée est terriblement mise à l'épreuve, d'ou votre choix de ce retrait dans nos belles montagnes Ardéchoise. En espérant qu'elles vous apportent cette PAIX tant désirée...
    Je vous souhaite bonne route sur votre chemin et ne cesserais de suivre vos pas, qui me sont salvateurs.
    A très bientôt Corinne, dans la PAIX, L'AMOUR, la JOIE...
    Laurette

  • #1

    Lucas Dominique (mardi, 02 février 2021 20:08)

    Chère Corinne je vous suis depuis quelques années avec vos soins et je suis dans la gratitude ,je découvre la partie plus profonde de votre Etretej'en suis émue...Pour ma part 66ans bientôt je vis enfin la vie rêvée qui me convient...après 5 ans de travail sur moi ..jai eu le bonheur grâce à ma foi et à la gratitude d'oeuvrer pour Les Archanges, les Maîtres ascensionnés.....Je peux désormais créer de beaux tableaux d'Énergies...J'aimerais tellement partager mon bonheur avec vous...Ma vie tres douloureuse dans sa 1ère partie..et douce et apaisée..jai des frissons en vous écrivant chère Corinne...peut-être à bientôt en e mail ou mieux au téléphone....bien respectueusement.. Dominique...mon nom d'artiste est Domi.émeraude