· 

La Musique du Corps

La Musique du Corps

 

Lorsque on aborde le sujet dans notre société d’aujourd’hui, on se fait passer pour des mystiques au pouvoir particulier, des originaux, voire anormaux.

Pourtant nous avons tous un corps avec des organes qui fonctionnent (plus ou moins bien) et donc qui font du bruit.

Il suffit pour cela d’attendre l’heure du repas et ça devient une évidence, de même  qu’écouter le coeur de son amoureux, amoureuse est un bruit qui nous fait plaisir.

Pourtant lorsque l’on va parler du bruit qu’émet le foie, la rate, ou tout simplement la circulation du sang dans nos veines, là des sourires sceptiques s’affichent.

 

Celui de l’estomac ne surprend pas, pas plus que celui des intestins, celui des articulations qui craquent ou grincent non plus, étonnant non ?

Pourquoi, alors que cela se passe dans nos corps, sommes nous surpris d’entendre une telle possibilité :

 

Écouter la musique du corps !

 

Écouter est peut-être un bien grand mot entendre serait plus juste, quoique pour entendre il faille écouter.

Et c’est bien là le problème !

Parce-qu’aujourd’hui plus personne n’écoute, plus personne ne pense même à écouter hyper-sollicités que nous sommes par nos smartphones, écrans en tout genre, ondes porteuses de messages pour lesquels nous ne sommes pas forcément les concernés, tous les appareils connectés, etc.

Dans nos villes, magasins, lieux de travail, maisons, partout les ondes quelles qu'elles soient nous traversent et forcément sollicitent notre attention ….. inconsciente.

Quel bonheur lorsque le week-end arrive, que nous pouvons nous échapper en campagne, un bol d’air frais, quelques pas, et ….. un flot de pensées, alors écouter son corps ??

Ce flot de pensées vient de tout ce qui n’est pas accompli, classé, situations de vie en suspens, dossiers qui causent soucis, drame ou mauvaise entente familiale, émotions/mémoires passées qui reviennent en boucle,  etc, la liste est longue !

Pourtant encore une fois, si nous portions notre attention à ce phénomène bien réel, exactement comme lorsque votre voiture fait un drôle de bruit, nous comprendrions vite qu’il y a un problème et au lieu d’attendre la douleur, voire l’accident, nous agirions rapidement comme nous le faisons avec notre véhicule (la voiture).

Mais qui prend ce temps là ?

Le silence extérieur la plupart du temps dérange, voire fait peur. Il est pourtant indispensable pour entendre cette musique si particulière et lorsqu’on la repère qui finit par être bruyante.

Il existe un lieu où il n’y a aucun bruit, une pièce totalement insonorisée, on peut y tester le silence quasi total, le retour de ceux qui ont essayé, est le suivant : 

« C’est infernal, le bruit du corps devient insupportable ! »

Car dans ce lieu c’est le seul qu'il vous reste à entendre, certains en doutent. Heureusement que des scientifiques sont là pour l’expliquer avant, et encore après.

 


Renessiau : le bruit du silence un soir
Renessiau : le bruit du silence un soir

 

 

J’ai fait un choix de vie dans un lieu où le silence est très présent, pas total évidemment, mais très présent.

Très vite j’ai commencé à entendre des bruits que je ne connaissais pas, sifflements, moustiques imaginaires, cloches, bruits de moteur et d’autres encore que je ne saurais décrire.

Pourtant je suis avertie, c’est moi qui apprends à mes élèves de formation à reconnaître le son ou vibration du foie, de la rate, du coeur, etc, etc… afin dans le cadre du soin, de contrôler si la musique est harmonieuse, auquel cas tout va bien.

Mais dans cette situation, on se concentre sur une vibration/son, on ne porte pas son attention sur le bruit en particulier.

Je n’ai jamais pensé à plonger mes apprentis dans un bain de silence pour les y sensibiliser.

Cela pourrait être des plus intéressant et extrêmement formateur et rentrera, ça va de soi dans le projet d’immersion à l’essentiel à venir à Rénessiau.

À condition évidement qu’ils arrivent à se débarrasser de ce fléau que sont les pensées.

Nous tournons en rond, car pour s’en libérer, il faut travailler sur soi et se libérer de ces mémoires/émotions qui en sont les causes.

Finalement peu importe par où l'on passe pour entrer dans la grande maison, que ce soit par la fenêtre ou la porte de sortie, il faut être dans l’instant présent, ce qui veut dire sans mémoires/émotions parasites.

Le silence, je le pense sincèrement est un outil précieux, mais difficile ; radical, mais tortueux. Il ne nous ménage pas, nous ramène à une situation concrète sans possibilité de fuites, sauf évidemment si vous le fuyez lui même.

 

Dans le plaisir du silence, ou devrais-je dire le brouhaha du corps au coeur du silence, je vous souhaite ami(e)s du net une belle journée.

 

Corinne Lebrat


Vous pouvez aider Corinne à faire connaître son travail,

Partagez cet article sur votre page Facebook !! 👍

↙️Cliquez sur la petite icône en bas à gauche de cette page 

Commentaires: 0