· 

Renessio - 6 Le Rituel

 

Reneccio

Episode N° 6

 

Le Rituel

 

Bon, les nuits mouvementées ça suffit, je l’ai décidé !

Et voilà qu’en cherchant de la ficelle je trouve dans un tiroir, par je ne sais quelle enchantement un bâton de sauge purificatrice ?

Comment est-il arrivé là ?

Je l’avais ramené des États-Unis, il y a déjà un certain temps et il est vrai que je me disais que je le gardais pour une grande occasion.

Tout ce qu’il y a ici, c’est moi qui l’ai apporté, sur mon dos, dans mon sac, mais là ? Je ne sais pas !

Et avec deux boîtes d’encens, et bien ça tombe bien, mon ami le hasard et vraiment au top.

Ma dernière nuit ne fut pas terrible, puis les travaux d’aménagement de la source pas opérationnels, me causant de nouveaux soucis. 

Je me suis réveillée ce matin avec le conviction de devoir purifier tout mon espace avant que quiconque n’arrive (j’attendais un groupe de 4 personnes ce jour même.).

Alors il tombe à pique mon bâton de sauge et la grande occasion et bien c’est celle-là !

Je me canalise, et avant tout travail, j’entends clairement que c’est moi qui doit être purifiée avant tout le reste. Ok, je quitte mes chaussures et décide de me laisser guider en canalisation.

Me voilà partie dans des incantations que je ne comprends pas moi même, avec des sollicitations aux éléments, esprits de l’alliance, de la nature et de l’au-delà.

Quand je sens que c’est ok pour moi, je repars en psalmodiant autour de la maison, je fais tout le tour et précisément s’il vous plaît, ça insiste dur !

Toujours pieds nus, ça va de soi !

J’entends ensuite que je dois commencer par le bas. Ok, m’y voilà, la source qui n’entends pas se laisser dompter comme on le voudrait, s’exprime et demande attention, permission, la terre encore très présente (terre battue) en cours d’être recouverte aussi, un courant d’air vient activer la fumée de sauge et demande attention aussi, et pour finir le feu (dans la cuisinière) se met à crépiter, je prends ça pour message. 

Je passe partout, mes pieds sont guidés, sur la terre, les pierres, le bois, partout où il est possible d’aller dans la maison, j’y passe avec mon bâton dans la main et l’odeur très agréable qui s’en dégage !

Au bout d’un moment que je ne pourrai quantifier, je constate qu’on ne voit plus rien tellement il y a de la fumée. J’ai l’impression de « revenir » d’un grand voyage, ma conscience est différente, mes perceptions nouvelles.

Et puis j'entends : « L’étage »

Je monte, commence par la chambre, je fais le tour, attentionnée, précautionneusement, lentement en psalmodiant encore, je repars pour un état vibratoire, une onde, une fréquence autre.

La sauge fume, parfume l’espace pourtant tout est ouvert, portes, fenêtres, fenêtre de toit !

Enfin, je dépose mon bâton dans une coupelle au centre de la pièce, reviens ici et maintenant et sors de la maison comme je l’entends.

Le rituel n’est pas terminé, il y a une autre grande pièce à nettoyer, au bout d’une bonne demi-heure, c’est l’heure. Je reprends mon bâton et comme pour le reste je fais le tour, puis me trouvant au-dessous d’une autre fenêtre de toit, je regarde vers le ciel et vois des personnages ailées descendre, j’entends des trompettes sonner, une lumière vive inonde tout.

Une cathédrale de verre (ou de cristal) se construit dans la hauteur sur l’exact espace purifié, dans un brouhaha de trompettes et hyper-activité de ces personnages. Au fur et à mesure la lumière prend tout et transforme tout en joie en rire, et voilà que mes petits personnages « d’entre les deux mondes » arrivent accompagnés de pleins d’autres, ils entrent dans la maison, se mettent devant moi.

Je ne sais pas ce qu’il se passe, je ne sais pas ce qu’ils me disent, je ne comprends pas. Il y a trop de bruit et d’activité, je suis comme dans une manifestation du 14 juillet, on n'entend rien, on regarde simplement.

Je décide de sortir de faire une pause, de respirer.

Une autre petite demi-heure passe, je rentre à nouveau dans la maison, l’encens ou plutôt le bâton de sauge n’a brûlé qu’à moitié, il s’est éteint. Je le prends dans les mains et entends que l’autre moitié sera l’occasion d’une autre célébration.

« J’en serai avertie, j’en serai informée ! »

Mes invités arrivent. La maison est calme, la joie est de mesure, la nuit se passe à merveille et enfin des rêves agréables et super positifs l’accompagnent.

Les quatre nuits qui suivent gardent le même programme, je suis détendue, apaisée.

La source indomptable, trouve sa place, le séjour amical malgré qu’écourté par une urgence, se termine dans les meilleures conditions. 

 

Me revoilà seule dans mon refuge de montagne, je retrouve le silence si cher à mes oreilles, je remets de l’ordre et me pose la question : «  Ferais-je venir du monde ici ? »

 

La réponse vient de la forêt comme une évidence :

 

« Oui, bien-sûr, tu vas réveiller le lien à la nature,

tu vas ramener l’esprit à l’essentiel chez tous ceux qui voudront bien faire le pas,

ouvre la porte c’est pour ça que tu es là ! ».


Si vous le souhaitez,

vous pouvez partager cet article sur votre page Facebook !! 👍

↙️Cliquez sur la petite icône en bas à gauche de cette page 

Commentaires: 2
  • #2

    Lebon marie france (mercredi, 04 novembre 2020 21:59)

    Bonjour Corinne,
    Merci pour ce magnifique partage. Après lecture de ce message vraiment intense je m'interroge comment faites vous pour gérer une telle différence de vie - une à Reneccio et la vie de famille et travail -
    Continuez à vivre des expériences aussi fabuleuses.
    Au bonheur de vous lire. Mfrance

  • #1

    Marienval annick (lundi, 02 novembre 2020 17:40)

    Merci Corinne pour tous vos témoignages...
    Tout cela me parle énormément..
    Au plaisir de vous suivre..
    Annick