· 

“La nature reprend son souffle, pendant que nous retenons le nôtre”. 

 

🦆Des canards sur les trottoirs à Paris,  réentendre les oiseaux chanter dans les villes, notamment à Paris.

🐬Dans le port de Cagliari le ballet incessant des cargos et des ferries a cessé, laissant place à des dauphins.

🐟Les écosystèmes des canaux de la ville montrent des signes de régénérescence. Les poissons sont revenus se réjouissent les habitants de Venise.

 

- Non seulement les écosystèmes sont favorablement impactés, mais la pollution de l’air a chuté, en Chine et ailleurs, les premières estimations montrent que la crise du coronavirus va entraîner une réduction de plusieurs millions de tonnes des rejets de CO2.

- Les satellites qui observent la planète “ont détecté une diminution significative de la concentration d’un polluant atmosphérique commun, le dioxyde d’azote”, rapporte The Atlantic. Ce dernier est émis par les voitures, les camions, les bus ou encore les centrales électriques. Cette diminution de la concentration de dioxyde d’azote a été observée “en Chine et en Europe”.

Mais encore plus fort :

⭐️Les sismologues du monde entier ont relevé une forte baisse des vibrations dues à l’activité humaine.

Interrogé par The Atlantic, Thomas Lecocq, sismologue à Bruxelles, a fait le constat suivant : “Lorsqu’il neige, l’activité sismique anthropique chute, et le jour d’une course automobile, elle connaît un pic”. Or depuis que la population belge est confinée, l’activité à Bruxelles “ressemble à un jour de Noël”, commente Thomas Lecocq. 

Cette accalmie du bruit sismique causée par l’homme pourrait permettre aux scientifiques de mieux enregistrer les activités sismiques de plus petite magnitude.

⭐️Les mesures de confinement ont fait baisser le niveau sonore des villes :

Le journal américain constate : “Une rapide recherche de la phrase :

« Les oiseaux chantent plus fort » sur Twitter montre que bien d’autres personnes se posent la même question ces derniers temps : “ Les oiseaux chantent plus fort ces derniers temps, ou bien c’est moi qui perd la tête ?“

⭐️Enfin, la pollution sonore est également en baisse dans les profondeurs marines.

https://www.courrierinternational.com/article/sciences-pollution-vibrations-sismiques-limpact-de-la-pandemie-sur-notre-planete

La directrice de la FRB voit alors dans ces études une occasion de tirer du positif de cette épidémie. « En faisant réapparaître au grand jour une biodiversité qui vivait cachée ou recluse dans des territoires réduits, cette crise sanitaire invite à nous poser la question de la place que nous faisons habituellement au monde sauvage, indique-t-elle. Et par extension, du monde dans lequel nous voulons vivre demain. »

⚠️En revanche, Hélène Soubelet met en garde contre cette idée que la nature aurait cette capacité illimitée à reprendre très vite ses droits lorsque l’homme lui cède une plus grande place. « L’effondrement actuel du vivant sauvage ne se résume pas à des baisses de population, c’est aussi une baisse de la diversité génétique des espèces sauvages, indique-t-elle. Si la tendance se poursuit, il n’y aura plus de reconquête possible pour la nature, même si l’humanité adopte enfin des comportements vertueux. »

https://www.20minutes.fr/planete/2747191-20200325-coronavirus-confinement-vraie-pause-faune-sauvage.

 

Rassemblement d’infos 

 

Corinne Lebrat


Vous pouvez aider Corinne à faire connaître son travail,

Partagez cet article sur votre page Facebook !! 👍

↙️Cliquez sur la petite icône en bas à gauche de cette page 

Commentaires: 0