La Vie en Confinement

 

Bonjour à tous,

 

Si hier je vous parlais du jardin et des animaux épargnés des accidents de la route grâce au confinement, aujourd’hui je souhaite vous parler de ce que j’ai pu remarquer avec les miens.

La maison est grande, et il y a du monde :

chats, chiens, tortues, poules, coqs, oie, poissons (d’aquarium) du bassin et des dizaines de grenouilles de tritons et autres petites bêtes que nous adorons observer tout au long de leurs évolutions respectives. 

Et puis les autres, auxquels je ne pense pas à l’instant.

 

Tout d’abord avec les chiens : ils nous montrent une nouvelle affection quasi humaine.

Certes nous passons NOS JOURNÉES avec eux. Plus calmes, ils sont à la fois moins demandeurs et plus présents, nous discutons, nous conversons, nous jouons et nous rions beaucoup.

Si mon plus jeune fils se charge des promenades quotidiennes, ma fille elle s’occupe de celles des tortues, et oui, lorsque le temps est au beau évidement.

Avec une brosse à dents, nettoyage de leur carapace avec petite douche S'il vous plaît !! puis repas servi de pissenlits bien frais, plantain tout jeune, feuilles de trèfles, de capucines (les premières) orties, etc, etc.. 

Comment vous dire, vous expliquer le changement clair et net de nos relations !

Nous aimons nos animaux, et nous nous en occupons toute l’année, je pense et espère correctement.

Quelque chose de nouveau se découvre, une communication télépathique. Si auparavant on l’utilisait volontairement et peut-être plus occasionnellement, lorsque nous sentions que quelque chose n’allait pas, aujourd’hui elle est constante.

Mais, il y a autre chose, un partage d’émotions lucides, nous ne sommes pas 4 à vivre à la maison ce confinement, mais plutôt tous ensemble et tous ensemble nous communiquons, osons exprimer nos émotions nos besoins les uns envers les autres.

Si le petit est plus demandeur de câlins, de contact et ça s’est remarqué par toute la famille, le grand exprime avec plus de profondeur son affection, sa présence respectueuse et surprise. Ils se rapprochent tous les deux de nous plus nettement.

Nouveau comportement : ils dorment à nos portes de chambre à défaut de pouvoir y entrer. Choses qu’ils ne faisaient pas avant. Nous sommes au jardin, ils sont au jardin, étalés jamais plus loin d’un mètre, puis change de place lorsque…..l’on change de place.

Je ne me souviens pas les avoir vus aussi réceptifs, calmes, détendus et présents.

Avec le confinement une autre forme de vivre se présente, plus vraie, plus objective, plus concrète, plus réaliste avec prise de conscience de nos erreurs, bêtises, exigences d’enfants capricieux.

Le confinement nous ramène à voir la vie comme elle est réellement, sans ou beaucoup moins de voitures pollution, de bruit, etc, etc…

C’est comme quelque chose qui s’éveille, plus de bruit de voiture, mais les rires des voisins, des échanges bienveillants, des attentions sincères , et lors de sorties "ravitaillement, des BONJOURS, oui des "bonjours en abondance", des sourires.

Oui le confinement n’est pas facile pour tout le monde. S’il pouvait y avoir des tensions les premiers jours, elles sont parties avec le temps qui passe. Si au début on prenait soin d’aller chacun notre tour au village faire les courses (et pour rien au monde nous l’aurions manqué) aujourd’hui on se demande qui a envie d’y aller.

A quoi bon, entretenir ce stress de la peur de manquer ?

Nous avons dans nos placards de quoi tenir plusieurs semaines sans sortir, laissons donc la route à qui n’en a pas le choix.

Nous ne nous sentons pas en retrait du monde, oh grand Dieu non. Nous organisons avec nos autres enfants et petits enfants des rencontres apéro, barbecue (soupe pour les végétariens) par WhatsApp ou autre magie de la technologie.

La joie de pouvoir malgré la situation nous voir régulièrement apporte un sentiment plus intense. Nous ressentons une vraie joie de nous retrouver. Nous rentrons un peu plus dans l’intimité de chacun,  respectueusement et nous partageons ainsi beaucoup plus nos ressentis.

Du fait que nous ne pouvons vraiment pas tous parler en même temps, et bien NOUS NOUS ÉCOUTONS et ça c’est miraculeux.

Nous prenons des nouvelles des proches plus lointains, famille, amies, amis avec une vrai et sincère attention, peut-être parce que nous ne savons pas ce que sera le à-venir ? Peut-être parce que nous avons tout simplement le temps ?

  • Serons-nous assez forts pour garder cette richesse découverte par hasard ?
  • Serons-nous assez sages pour essayer de la maintenir ?
  • Y aura-t’il un avant et un après différent ?

❓Votre vie, si vous l’avez vu changer positivement, essaierez-vous de la maintenir comme telle ❓

❓Votre environment, votre temps, votre relation à la nature, à la famille, au monde restera-t’il grandi de cette expérience unique ❓

 

Bien à vous dans la joie de la découverte.

 

Corinne Lebrat


 

 

Petit PS : Après avoir écrit cet article je l’ai mis dans le dossier : Mes observations, le jugeant très ou trop personnel.

Et puis j’y suis revenue, j’ai encore hésité à le faire paraître, et aie encore abandonné l’idée.

Mais les choses ne se passent pas toujours comme on le voudrait.

Voilà qu’au retour de courses, mon mari m’apporte un magasine sur l’intelligence des animaux.

Je ressors mon article et ose faire paraître mes remarques dont le témoignage prend maintenant tout son sens.

En effet si pour Descartes l’animal est une machine répondant à des stimuli par des mécanismes biologiques spécifiques sans âmes ni conscience et, je cite : « Inutile donc d’espérer entrevoir chez eux le moindre signe d’une forme d’intelligence. »

Même si nous sommes à 3 siècles de cela, cette conception nous influence malheureusement encore aujourd’hui !

 

Je ne suis pas là pour défendre la cause animal, même si végétarienne, je la défends autant que faire se peut, mais avec des arguments comme ceux-là, voilà où nous en sommes de notre "Eden" : des milliers d’espèces ont disparu pour toujours, et l’humain scie la branche sur laquelle il est assis.

 

Alors si mon article peut par sa simple parution, interpeller votre attention sur des constats similaires avec vos animaux de compagnie, sauvage, alors nous inversons la machine des fausses croyances.

Aujourd’hui nous nous éveillons et le confinement nous donne un bon coup de pouce, reconnaissance du travail de beaucoup, courage de beaucoup d’autres, mais aussi lâcheté, ignominie humaine d’encore beaucoup, trop de beaucoup d’autres.

Les abandons animaliers n’ont jamais été si nombreux, alors qu’ils seraient LA solution :

  • à la solitude insupportable obligatoire, amenant l'obligation de sortie un minimum,
  • lâcher-prise à la peur du manque,
  • solution admirable à notre soif de reconnaissance, à notre sentiment d’indispensabilité,
  • aide à la prise de conscience de la réalité de notre monde actuel. 

Des initiatives extraordinaires se mettent en places, les voisins se découvrent, se disent bonjour et les familles ouvrent les yeux sur leurs éléments.

On VIT ensemble, on se découvre, on se rencontre et au milieu de tout ça on se rend compte que l’autre nous est précieux.

 

Enfants, parents, amis ou animal, peu importe tous nous sommes vivants et tous nous nous devons d’accepter nos différences.

 

Alors finalement cet article paraît, au mieux vous passez un moment agréable qui vous mène à méditer sur votre situation actuelle, à voir les plus qui se sont développés autour de vous.

 

Au pire vous aurez déjà fermé cette fenêtre et sachez que, personne ne vous en voudra.

 

Portez vous bien, vous et tous ceux qui vous entourent,

 

Dans la joie de la découverte encore et toujours.

 

Corinne Lebrat


Vous pouvez aider Corinne à faire connaître son travail,

Partagez cet article sur votre page Facebook !! 👍

↙️Cliquez sur la petite icône en bas à gauche de cette page 

Commentaires: 0