· 

Rénecciao - 1

 

Préambules

 

Il y a quelque temp, je vous parlais d’une transition que je suis en train de faire, sans être sûre d’y arriver, mais dans laquelle je me lance entièrement, corps et âme. 

 

Par cette petite gazette, journal de bord, je me propose de vous la partager.

 

Oh, elle n’est pas comment dire, unique, exceptionnelle, beaucoup l’ont déjà faite, beaucoup la partage sur le net aussi.

Certains à l’autre bout du monde avec des enjeux bien plus importants que ceux qui nous ont motivés.

 

Celle-ci est juste la nôtre où devrais-je dire la mienne, car même si les miens me suivent et aiment ce qu’ils découvrent, j’en suis initiatrice à tous les niveaux.

 

C 'est à la base, plus un désir de me sauver moi- même que celui de recommencer une vie qui fut mon leitmotiv.

 

En effet, l’hypersensibilité qui est la mienne, celle qui me permet de faire le travail que je fais de bio énergéticienne en cabinet, à distance, sur le net, dans le monde, sur l’homme, sur la terre ou dans l’espace et le temps, s’aiguise avec le temps. 

Si bien que s’échapper de ce monde hyperactif, est devenu pour moi l’unique solution viable.

 

S’isoler n’est pas la solution penseront certains, mais malgré la situation géographique du lieu, nous ne nous sentons pas seuls.

 

Parfois des visites de courageux qui monteront les 2 km à pieds et en côte qui nous séparent du hameaux le plus proche.

Mais, le seul contact avec ceux d’en bas entraîne tous les symptômes qui me rendent la vie difficile en vallée, lorsqu'ils durent trop longtemps, ils reviennent en forces.

Quels sont-ils ?

 

L’analyse de chaque parties du corps physique de l’autre, et de sa famille, ses états d’âme, émotionnels, ses karma, blessures, mémoires, etc.

 

Ce que nous traitons dans chaque soin que nous vous proposons sur notre site, mais qui sont des milliers d’informations permanentes, qui épuisent et au final si l’autre n’est pas demandeur, que je me dois d’évacuer. 

 

Lorsque la source est permanente ou trop importante, il est capital de trouver un lieu de paix, moment de pause, de repos.

 

Partir en vacance est une solution, mais qui n’est que temporaire et éloigné, sans compter qu’il faut un certain temps pour se défaire de toutes ces informations, se remettre à zéro, appuyer sur le bouton reset.

La méditation est une solution, mais n’empêche pas le ressenti, au contraire, et ne diminue pas le flot d’informations.

 

Même si ma nouvelle vie et donc celle que j’impose aux miens y ressemble, elle n’est en rien des vacances, car les inconvénients sont bien plus nombreux que ce qu’il n’y paraît (à découvrir tout au long de l’aventure).

 

Ce qui me tient à coeur c’est bien sur d’inviter, l’écologie, le recyclage, le jardinage, l’économie du temps, des objets, de la nourriture etc.

 

Car ici il nous faut tout porter à dos, quoi que nous décidions d’amener à la maison, donc au début on est très motivé, puis avec le temps on s’économise et on apprend à faire avec le minimum et ce qu’il y a sur place. 

 

Je vous ferai des photos, un partage pour que l’aventure vous soit le plus réaliste possible. 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bien venu à Rénécciao

Première partie

 

C’est étrange, cette sensation que la lumière est plus intense, plus propre ou pure à 1200 m d’altitude.

Au coeur d’une nature seine, telle quelle, dans un écrin de forêt, cette maison est celle que j’ai toujours attendu, la vie me l’a offerte.

Ce n’est pas tellement la maison par elle-même, mais plutôt la vie et l’environnement qu'elle offre.

 

Au soleil de ce printemps si agréable comment ne pas apprécier ?

Les oiseaux chantent sans autre bruit que celui du vrombissement des mouches, le clapotis de la fontaine, parfois un âne au loin se fait entendre ou le son des cloches des vaches qui paissent pas très loin.

 

Je ne sais pas comment expliquer mon sentiment. Dans la vallée je suis tendue, dans une course infernale et permanente, stressée parce qu'hyper-sollicité par des milliers d’ondes, d’informations qui nous traversent en permanence.

 

ici, la nature les absorbe et même si je suis misophone, les bruits si agressifs en bas, sont ici tout à fait acceptables, non envahissants.

Je me sens détendue, je retrouve enfin le plaisir de vivre et j’en prends le temps.

J’ose une sieste après le repas, lire installée dans le canapé et/ou au soleil à l’extérieur, me lever un peu plus tard, me coucher plus tôt, vivre au rythme de mes besoins, je dirai même de mes envies.

 

Mais ce n'est pas uniquement un lieu de repos, car il faut penser à

 

- aller chercher l’eau à la source, le bois pour la tombée du jour et la nuit (même en été),

- vider le sceau des toilettes sèches,

- faire la cuisine

- faire chauffer l’eau pour la douche (ou alors la prendre froide, mais dans ce cas pas trop tard).

- Faire le ménage et ici c’est peu dire, on entre et sort 100 fois par jour sans parler des deux chiens de la maison, qui adorent en dépit de leurs coussins, dormir sur les tapis en laissant quantité de poils.

Pas d’électricité, donc pas d’aspirateur, pas de frigo, de télé, et autre truc bruyant et mangeur de temps.

On ressort balais, balais brosses, balayettes, chiffons et savon de Marseille, seul produit nettoyant que j’accepte dans ce paradis. Et à vrai dire c’est magique, pour la vaisselle, le linge (lavé à la main, le petit seulement, le reste attendra un retour dans la civilisation) le corps, les cheveux aussi, tout ce qui a besoin d’être lavé.

Sans parfum de synthèse, artificiel, chimique, il laisse une bonne odeur de propre, mousse agréablement et se rince facilement.

 

Des tapis dans un lieu pareil ? Quelle idée devez vous vous dire ?

Mais ils apportent un côté cocooning bien agréable quand la fraîcheur arrive, quel plaisir de quitter les grosses chaussures pour marcher sur du moelleux pieds nus. 

Ils sont nettoyés au bicarbonate de soude une fois par mois et tous les jours au balais de coco, (le top pour enlever les poils).

 

Pour les repas c’est le rêve :

- orties,

- salades sauvage,

- asperges sauvages,

- myrtilles,

- framboises,

- fraises,

- champignons il y a le choix à chaque saison, sauf bien-sûr en hiver, mais là les petit plats mijotés prennent le relais et personne ne s’en plaint.

 


Bon celui-là, pas très discret !!
Bon celui-là, pas très discret !!

Et la compagnie de la faune en tout genre

 

On partage la maison, avec une petite tribu de loirs que l’on a le plaisir de voir descendre de temps en temps. Nous entretenons de bons rapports pour le moment, pas de dégâts notoires pour l’instant, si ce n’est un peu de bruit la nuit auquel on s’est habitué. 

Les mouches particulièrement nombreuses en campagne, encore plus en montagne et alors avec des vaches à proximité, je ne vous dis pas.

Forcément quelques araignées, pas mal de fourmis noires, très très grosses, mais pas méchantes qui traversent la chambre au printemps.

L’extérieur, avec une quantité et variété incroyable d’insectes de toutes les formes et couleurs.

 

Des animaux aussi, forcément, plus discrets, au détour d’un chemin, d’un lever matinal, de l’envie d’un bain à la rivière, lors de la lecture dans le hamac ou tout simplement de notre arrivée.

Écureuils, chevreuils, sangliers, souris des champs, furets, etc, etc….

Le chant des oiseaux est le bruit de fond permanent et il nous plaît d’essayer de les imiter pour engager la conversation. C’est Noé le spécialiste, avec un petit sifflet trouvé chez sa grand-mère, il fait des merveilles.

Pour moi la télépathie est bien plus efficace et rapide, Mais moins agréable à l’oreille.

Les enfants aiment imaginer le contenu des conversations entre les oiseaux, rient tellement en pensant qu’ils leurs répondent avec le sifflet, leur attention est sans faille à ces moments là, ils sont tout entier dans l’instant présent.

 

Ici le bouquet de fleur est dehors, où que l’on regarde, elles sont des centaines de variétés toutes aussi belles les une que les autres, que ce soit le bleu du myosotis, le jaune lumineux du genêt, le mauve de la mauve, le blanc des marguerite ou l’harmonie des couleurs des pensées sauvages le bouquet est éternel.

 

 

Et le parfum…. c’est la montagne qui embaume, tantôt suave, sucré, piquant, aigre, fort, le nez fait parti de nos sens et de notre bien-être.

 

Suite au prochain épisode


La Nature à Reneccio

Si vous le souhaitez,

vous pouvez partager cet article sur votre page Facebook !! 👍

↙️Cliquez sur la petite icône en bas à gauche de cette page 

Commentaires: 3
  • #3

    Jung-Mi (lundi, 08 juin 2020 09:54)

    Bonjour,
    Pour les questions perso, il est préférable d'envoyer un mail.
    Comme ça je peux faire suivre à Corinne.
    Belle journée
    Jung Mi

  • #2

    Cathy MO (dimanche, 07 juin 2020 14:11)

    Bonjour Corinne,
    J'adore aussi la nature et le calme mais je ne pense pas que je pourrai vivre comme toi.
    Belle continuation dans tes nouveaux choix.

  • #1

    Mauricette (vendredi, 05 juin 2020 16:15)

    Cc ma cousine.
    Superbe texte.
    C'est ou ?!
    Bisous a tous.
    A bientôt.