· 

Les Bienfaits du C 19

Un peu de Gaieté... pour notre âme d'enfant !! 

"ma relation avec le végétal et animal  sur laquelle je me repositionne"

 

Bonjour à tous,

 

Un mal c’est toujours pour un bien, et nous ne pouvons que constater OBJECTIVEMENT le bien que ce confinement met en avant.

 

N’avez vous pas remarqué que le chant des oiseaux est plus serein ?

Nombreux je ne sais pas pas, mais plus serein, c’est certain !

Ils chantent à tue tête, s’approchent des maisons et même de nous plus facilement.

Est-ce les résultats de la semaine de l’alliance ?

Est-ce la diminution du nombre de voiture ?  Et par conséquence de la pollution ?  Est-ce notre lâcher prise obligatoire qui fait que notre attention (qui ne part plus dans tout les sens) revient naturellement à l’instant présent ?

Est-ce parce que nous avons beaucoup moins de choses à penser, organiser, programmer etc, etc… que nous y sommes plus attentifs ?

Ne profiteraient-ils pas de cet arrêt général forcé pour attirer notre attention, relancer une communication oubliée, un contact ?

En tout cas je suis dans la joie d’imaginer le nombre d’animaux qui par la seule diminution du nombre de voitures sur la route vont pouvoir vivre plus longtemps :

Ecureuils, renards, blaireaux, chiens, chats, martres, hérissons, amphibiens, des milliers de grenouilles, crapauds, mais aussi tritons etc, etc…

Je ne parle pas des insectes qui se comptent en millions, ni des plus gros animaux comme les cerfs, les chevreuils, sangliers, etc, etc…

 

https://reporterre.net/Le-confinement-un-repit-pour-les-animaux-sauvages?fbclid=IwAR0EZsxi_MHGn8dhP0AUY9k7l_IQfTMWKxGH8lxH7JrrNR2N2MQMNFv1-vQ

 

 Les oiseaux dont nous adorons les chants, que nous nourrissons l’hiver, que nous logeons par la fabrications ou achat de nids et qui pourtant finissent sur le bord de la route sans vie, parce que nous allons trop vite ou manquons d’attention.

J’ai vu la semaine dernière un groupe de cigogne passer, majestueuses elles remontaient la vallée.

Hier c’était le tour des canards ou oies sauvages, une immense flèche dans le ciel, je me suis arrêtée pour regarder le spectacle.

Je ne me souviens pas d’avoir eu autant de joie à les voir passer ? Était-ce ma disponibilité d’esprit ?

Cela soulève des questions ? Au volant sommes-nous vraiment présents, là ?

Notre attention est-elle vraiment à la route ? 

Mais c’est pareil pour tout, les larmes me sont venues en méditant dans mon jardin, l’émotion est montée simplement en voyant les feuilles de mes pivoines sortir de la terre.

Je me considère comme une privilégié et remercie constamment le ciel de sa guidance.

 

Depuis 15 jours, je suis comme tous ceux qui ont un petit bout d’herbe, je bine, gratte, rafraîchis, nettoie, etc, etc… et je vois, je crois, pour la première fois le monde végétal.

Avant, je faisais parce qu’il fallait faire et que je n’avais que peu de temps pour le faire, aujourd’hui   je rencontre, je demande: «  À qui le tour aujourd’hui ? »

J’écoute le besoin et je me rends compte à quel point je m’était déconnectée de mon jardin.

Et voilà que je remercie pour la salade sauvage ramassée, les orties qui nous régalent sous toutes les formes, voilà que je leurs dédie une vrai place, que je mets qui veut là ou il veut.

Je vis mon jardin, je vis l’instant présent et je remercie avec reconnaissance, et il me le rend au centuple. La connexion que j’y ressens me ramène à l’humilité que j’essaie d’intégrer.

Mes mains n’ont jamais étaient aussi sales, blessées, mais je n’ai jamais ressenti autant de plaisir à les mettre dans la terre.

 

Nous cherchons la reconnaissance tout au long de notre vie, d’une façon ou d’une autre, mais nous ne reconnaissons même pas la terre qui nous nourrit, les animaux avec qui nous la partageons et l’esprit qui harmonise tout ça.

 

Alors comment, comment si nous ne savons où est notre place, nous trouver nous-mêmes et sentir cette perfection ?

 

Alors oui le Coronavirus est une expérience difficile pour tous, mais il est aussi une chance à la redécouverte de qui nous sommes sur cette terre, ce pourquoi nous sommes là et ce que nous avons à y faire.

 

Portez vous bien dans la joie toujours et toujours.

 

Corinne Lebrat


Vous pouvez aider Corinne à faire connaître son travail,

Partagez cet article sur votre page Facebook !! 👍

↙️Cliquez sur la petite icône en bas à gauche de cette page 

Commentaires: 0