· 

Le Jeu

 

Dans notre monde, notre société du paraître, l’apparence reine oblige des codes qui nous ont entraînés dans l’oubli de nous-mêmes.

 

Certains comme pour l’orthographe y sont très à l’aise et les manipulent avec joie, finesse, talent, discrètement au point que l’on a du mal à comprendre que c’était un jeu, judicieux, dangereux, etc.

Et puis d’autre, moins doués les subissent.

 

Bien sûr qu’entre les deux le panel est large et les sujets vastes. Il y a forcément des sujets plus ou moins nombreux et variés que l’on maîtrise mieux que d’autres.

Je vais de temps en temps voir une esthéticienne qui ma foi est d’une bien grande sagesse.

Lors d'une séance de bien-être chez elle, nous étions en train de parler de maquillage. Elle m’expliquait que la femme avait tellement de rôle dans sa vie que le maquillage pouvait être un outil bien utile pour les différencier. 

Comme elle a raison, tantôt séductrice, maman, ménagère, chef d’entreprise, employée, accompagnatrice, psy, et j'en passe, le maquillage permettait de jouer avec ces rôles au fil de la vie.

Le maquillage de la séductrice n’étant pas adapté à la ménagère pas plus qu'à la chef d’entreprise ou à la maman (Si celui de la ménagère n’aura pas trop de conséquences, enfin tout dépend de l’environnement, celui de responsable d'une entreprise peut faire paraître la Maman autoritaire ou dure).

Mais n’y a-t’il pas un visage sous ce maquillage ?

 

Nous sommes nombreux à demander des relations sincères, honnêtes, vraies !

C’est à la fois une chance et un désespoir. Une chance parce que cela nous pousse à nous poser des questions, à chercher ces relations et donc nous oblige à avancer sur le chemin de l’image qui se reflète de moi dans le miroir et que j’accepte que l’autre voit.

Et un désespoir car cela nous oblige à aller au plus profond de nous à la rencontre de nos plus grandes blessures afin de ne plus chercher à être ce que l’on n’est pas, entraîner l’autre sur un terrain qui lui est inconnu dans le seul but de satisfaire le sentiment d’une supériorité imaginaire personnelle.

 

Sommes-nous capables de tomber ces masques ?

 

A quoi nous servent-ils ?

 

Ne pas confondre le jeu ou la casquette (si ça parle mieux) que chacun se donne selon les circonstances de la vie et le masque qui cache la non confiance en soi qui entraîne l’autre sur un terrain dévalorisant qui peut être dangereux. 

On pourrait dire ça en deux mots : 

 

« La fuite »

 

Fuite de ce que je n’aime pas dans ma vie, dans ma famille, mon travail, et avant tout de moi (car c’est bien moi qui ai fait ces choix).

Je ne supporte pas ce qui je suis que l’on a trop dévalorisé, humilié, etc, etc…. Etant enfant et qui aujourd’hui essaie de se prouver en manipulant (jouant avec) l’autre qu’il n’est pas aussi « nul » que ça ?

 

Sentir cette toute puissance du sentiment de supériorité ?

 

Mais Madame la vie en a décidé autrement dirait on. Elle nous envoie depuis déjà un certain nombres d’années une nouvelle génération d’humains qui ne connaissent pas le jeu (oui c’est possible, ça existe)

 

LES AUTISTES .

 

Et là …….. pas de réponses aux jeux, masques, et tout autres manipulations quelles qu’elles soient, même la violence ne sert à rien !

C’est bien déroutant ces gens qui ne font pas, qui ne font rien de ce que vous leur demandez, qui ne jouent pas le jeu de la société, qui ne prennent aucun masque.

 

A défaut de pouvoir NOUS y adapter, nous avons décidé de les ignorer, puis de les considérer comme des demeurés, puis comme Dame La vie nous en envoie de plus en plus de les enfermer par une médicamentation assommante, handicapante, mais qui au moins les range dans le tiroir  

Des : « Non adaptés à une vie sociale ».

 

Mais pour combien de temps ?

 

Le travail de l’évolution personnel est bien difficile à chacun, mais bien terriblement violent pour notre entourage plus ou moins proche. Quand la contrariété nous arrive, c’est toujours la faute de l’autre alors qu’il n’est que le reflet de notre travail à faire, message de notre âme pour avancer sur le chemin.

 

Cher amis (ies) du net que cette petite réflexion du jour apporte un rayon de soleil à votre journée.

 

Corinne Lebrat


Si vous le souhaitez,

vous pouvez partager cet article sur votre page Facebook !! 👍

↙️Cliquez sur la petite icône en bas à gauche de cette page 

Commentaires: 0