· 

Chemin de Compostelle - 24 Juin au 7 Juillet

 Retransmission des Soins 

Tout au long

de ce parcours

17 Jours >>

45 €

Pour accompagner Corinne & Fleure sur ce chemin et bénéficier en même temps des soins qu'elles feront

sur place :

C'est gratuit !!

Chemin de Compostelle

24 Juin au 10 Juillet

 Bonjour à tous,

 

C’est un appel, une force sans nom qui s’impose malgré le doute de pouvoir le faire.

Je me suis dit comme beaucoup, qu’un jour peut-être je ferai ce chemin si énigmatique et fou. Ma forme physique à l’époque ne me le permettait pas donc le problème était résolu.

Puis vint la "transformation" et tout devient possible. 

Alors, alors je remets ça sur le tapis :

 

Compostelle !

 

⁉️ Mais par où commencer ?

⁉️ Combien de temps devrais-je marcher ?

⁉️ Et le sac, il pèse combien ?

⁉️ On dort où ?

 

Que de questions auxquelles je ne savais pas répondre !

Alors on se pose, lâcher prise et ….. canalisation !

 

C’est une CERTITUDE mon chemin va prendre celui de Compostelle pour 406 kilomètres, du Puy à Conques et de Conques à Moissac (voir itinéraire >>).

C’est dit !

Je ne sais pas aujourd’hui si mon corps va suivre, je ne sais pas aujourd’hui si mon mental va accepter. Ce que je sais, sens viscéralement c’est que je pars du 24 juin 2019 au 10 juillet si tout se passe bien.

Alors vous allez me dire, mais c’est très bien.

 

Quel intérêt pourrions-nous avoir sur ce déplacement-là ?

 

Et bien je me suis aussi posé cette question, car après tout c’est très personnel au premier abord.

J’ai donc sollicité mes instances célestes qui m’on répondu ainsi :

 

« À travers toi c’est chacun qui fera son expérience.

C’est chacun qui sera sur le chemin.

Ceux qui ne peuvent plus, tu seras leur drapeau.

Porteur de leur âme en demande tu seras.

Ceux qui ne croient plus tu leur montreras

qu’il est possible toujours et toujours,

Comme ce film merveilleux

ou un jeune par amour grimpe l’Everest

sans s’y être préparé.

Au travers de toi

chacun pourra vivre l’expérience de Compostelle

dans le moment présent,

partager tes ressentis.

Ainsi, leur soutien sera ta force.

Ainsi, tu sera eux et ils seront toi.

C’est ensemble que vous ferez le chemin.

Bien-sûr que tous ceux qui veulent t’accompagner sont les bienvenus pour quelques heures, un jour, deux, trois, cinq ou dix.

Et bienvenus aussi, pourquoi pas, ceux qui iront jusqu’au bout avec toi.

Le chemin ne sera pas simple.

Il est le chemin initiatique,

un chemin de pèlerinage.

Chaque pas est une histoire,

chaque rencontre un message,

à l’intérieur la mécanique du corps

laissera l’âme se connecter avec ton Moi Profond.

Elle prendra toute sa place,

celle qui est la sienne normalement en chaque être humain.

Il y aura bien d’autre mots à dire et à écrire,

mais jamais assez pour exprimer

ce que cette expérience va apporter

à ceux qui la feront avec toi,

avec eux, avec vous.

C’est le tout pour la communauté humaine,

le tout pour le tous,

la solidarité,

le soutien.

C’est le tout pour l’amour du partage,

pour le retour au sacré. 

Les parties enfin rassemblées vont lever le rideaux

sur l’image globale du divin que vous êtes. 

Chacun à sa place, évidement, la plus juste.

Il t'es demandé de créer le mouvement celui qui fera bouger le monde. »

 

Le programme le voilà, juste en dessous ⤵️ :

 

Dans la joie du partage, inscrivez-vous.

 

Corinne Lebrat


➡️ Chemin de Compostelle

24 Juin au 10 Juillet

 

Le Programme :

 


L'itinéraire :


La stèle au départ de la via Podiensis
La stèle au départ de la via Podiensis

Le détail des étapes :

24 Juin : Le Puy en Velay/St-Privat-d'Allier >> 

 

Parcours :

Etape de 24 km (soit 6 h 00 de marche auxquelles s’ajoute le temps des arrêts) en suivant le tracé du GR 65. Elle est de 20 km si on opte pour l’itinéraire passant par Espally, Ceyssac et Bains et dont vous découvrirez le tracé en cliquant sur notre lien PDF. Ce tracé est peut-être plus authentique que celui proposé par le GR 65... En tous les cas, il nous épargne le "goudron" bien présent dans le balisage préconisé... Mais, avant de commencer votre pérégrination, il est indispensable que vous puissiez découvrir la capitale du Velay si riche tant sur le plan historique que sur le plan architectural.

Dénivelé :

De 625 m (Le Puy-en-Velay) on passe à 890 m (Saint-Privat-d’Allier) après avoir traversé La Roche, Saint-Christophe-sur-Dolaizon, Liac, Ramourouscle, Montbonnet et le Chier.

 


Saint Privat de bon matin
Saint Privat de bon matin

25 Juin : St-Privat-d'Allier/Saugues >>

 

Parcours :

Etape de 20 km soit 5 h 00 de marche auxquels s'ajoutent les temps d'arrêt. On passe à Rochegude, Pratclaux, Monistrol-d'Allier, Escluzels, Rosiers, Le Vernet, Rognac avant d'atteindre Saugues.

Dénivelé :

Montée rude à partir de Monistrol (619 m) pour atteindre 1022 mètres à Montaure. Saugues est situé à 960 m.

Curiosités :

Avant Escluzels, la Chapelle de la Madeleine est une grotte, creusée dans le basalte, avec façade et fronton de pierre. Elle a été aménagée au XVIIème siècle, lors de la découverte de monnaies et d'ossements de femme et d'enfant dans les tombeaux du roc.

A Montaure, haut lieu d'où le regard se porte vers Rochegude et la vallée de l'Allier ; les "boules" sont de gros blocs érodés provenant des fractures du granit de la Margeride. En dessous, un replat marque une coulée de basalte descendue de la chaîne du Devès vers la vallée de l'Allier. Plus loin encore, le creusement du fleuve a retrouvé le lit de granit au dessous du basalte.

Entre Montaure et le sud de Roziers, nous faisons un bout de chemin de concert avec un autre sentier balisé, le GR 412, allant de Brioude à Grandieu.

Au Vernet, deux anciennes "Maisons d'Assemblée" de Béates, abri possible dans celle du hameau de Rognac. (Les Béates étaient, comme les Béguines du Moyen Âge, des saintes femmes qui vivaient une vie spirituelle en communauté, sans pour autant avoir prononcé des vœux religieux).

Arrivés à Saugues, riche en vieilles maisons, nous découvrirons la Tour des Anglais, un donjon carré du XIIIème siècle qui abrite aujourd'hui un musée. L'ancien hôpital Saint-Jacques, devenu hospice, existe toujours. A côté, la chapelle des pénitents avec, sur son retable du XVIIème siècle, les instruments de la Passion, est le siège d'une confrérie semblable à celle du Puy. On ne manquera pas, bien sûr, de se rendre à la collégiale Saint-Médard surmontée d'un clocher octogonal sur porche et qui possède, dans son trésor, une des plus belles vierges assises qui soient, une pietà du XVème siècle, des croix processionnelles Renaissance en argent dues aux orfèvres du Puy. On verra encore la châsse de saint Bénilde (1805-1862), canonisé en 1967, frère des Écoles chrétiennes et premier instituteur de la localité.


Arrivée sur Saugues
Arrivée sur Saugues

26 Juin : Saugues/St-Alban-sur-Limagnole >>

 

Parcours :

Etape de 29,5 km (Soit 7 h 30 de marche auxquels s'ajoute le temps des arrêts). Vous passerez successivement à Le Pinet, La Clauze, Le Falzet, Le Villeret-d'Apchier, Chazeaux, Le Rouget avant de rallier Saint-Alban. Il faut savoir que ce parcours a été modifié à Chazeaux pour inciter les pèlerins à passer par le domaine du Sauvage qui rallonge votre parcours de 4 km... Si vous souhaitez économiser vos pas et vous rendre à Saint-Alban, terme de votre étape, nous vous invitons à vous adresser à l'"Auberge des deux pèlerins" au Villeret-d'Apchier qui vous indiquera l'ancien chemin à prendre pour éviter cette déviation inutile...

Dénivelé :

Parti de Saugues, situé à 960 m d'altitude le pèlerin arrivera à Saint-Alban, situé à peu près à la même altitude (950 m). Par contre il sera monté jusqu'à 1304 m au Col de l'Hospitalet situé à 19 km du départ.

Curiosités :

La tour penchée de La Clauze date du XIIème siècle, elle est un vestige d'un ancien château très présent au moment des guerres de Religion (situé à 7,5 km après votre départ de Saugues).

Si vous passez ou vous arrêtez au Domaine du Sauvage, vous découvrirez une ancienne "domerie" des Templiers.

Située quelques 600 m après le Col de l'Hospitalet, vous découvriez la chapelle saint-Roch sur votre droite. Aussitôt après, vous quitterez le département de la Haute-Loire pour la Lozère...

Vous quittez aussi l'Auvergne pour le Languedoc. 


Le clocher-mur à trois baies de l'église de Saint-Alban
Le clocher-mur à trois baies de l'église de Saint-Alban

27 Juin : Saint-Alban-sur-Limagnole/Aumont-Aubrac >>

 

Parcours :

Cette étape est courte ; 15,3 km parcourus en 3 h 45 (auxquels s'ajoutent les temps d'arrêt). Le pèlerin traversera successivement Grazières-Mages, Chabanes-Planes, Les Estrets, Bigose pour atteindre Aumont-Aubrac.

Dénivelé :

De Saint-Alban situé à 950 m, vous arriverez à Aumont-Aubrac, localisé à 1050 m. Une étape non seulement courte mais peu accidentée...

Curiosités :

Ce parcours sera surtout l'occasion d'approfondir la relation avec "Dame nature". En traversant la commune des Estrées, vous pourrez découvrir une petite église emplie de charme avec son clocher "à peigne" à portée de main et son toit de lauzes, prémices à une familiarisation avec ce matériau très typique d'une région..


La bête du Gévaudan à Aumont-Aubrac
La bête du Gévaudan à Aumont-Aubrac

28 Juin : Aumont-Aubrac/Nasbinals >>

 

Parcours :

Cette étape longue de 26,4 km pourra être parcourue en 6 h 45 auxquels s'ajoutera, bien sûr, le temps des arrêts. On passera notamment par La Chaze-de-Peyre, La Pinède, Labros, Finieyrols, Rieutort et Montgros avant d'atteindre Nasbinals.

Dénivelé :

Partant de 1050 m d'altitude à Aumont-Aubrac, on atteindra Nasbinals, situé à 1200 m, c'est dire qu'il n'y a pas un fort dénivelé sur cette étape de 26,4 km que l'on parcourra sans difficulté majeure.

Curiosités :

Les bovins de "race Aubrac" seront nos compagnons et compagnes qui ponctueront nos temps de marche... Très présents sur le parcours, ils sauront nous séduire par la beauté de leur pelage d'un blond fumé, par leurs cornes harmonieuses et leurs yeux cernés de noir d'une sobriété sans reproche...

A quelques 6 kilomètres du terme de l'étape, nous découvrons le village isolé de Rieutort, tout construit en pierre, et au sein duquel on pourra apprécier deux beaux abreuvoirs à fontaine pyramidale et cuves de granit, un four banal et une porte arquée de jardin.

Enfin "le clou" de l'étape sera bien évidemment la superbe église romane auvergnate de Nasbinals datant du XIème siècle et qui, à elle seule, mérite le déplacement.


Église romane de Nasbinals XIème siècle
Église romane de Nasbinals XIème siècle

29 Juin : Nasbinals - Saint-Chely-d'Aubrac >>

 

Parcours :

Petite étape de 16,6 km demandant 4 h 15 de marche auxquels s'ajoutent les temps d'arrêt. Ce parcours passe par Aubrac et Belvezet.

 

CE CHEMINEMENT FAIT PARTIE DES 7 TRONÇONS CLASSÉS PAR L'UNESCO SUR LA VIA PODIENSIS

Dénivelé :

De 1200 m au départ de Nasbinals, on arrive à Saint-Chély-d'Aubrac qui culmine à 800 m d'altitude... Nous descendons désormais, progressivement, vers la vallée du Lot ! Néanmoins avant de profiter de ce doux cheminement, il faudra atteindre un col situé à 1368 m qui en fait un point plus haut que le col mythique de Roncevaux dont la perspective de montée fait toujours un peu peur...

Curiosités :

Cette étape nous mènera à Aubrac qui indéniablement marque un moment fort sur le chemin du pèlerin. "Ce lieu d'horreur et de profonde solitude" ou "Domerie d'Aubrac" fut construit par Adalard, vicomte des Flandres vers 1120. Sa cloche "Maria", encore appelée la cloche des perdus, sonnait durant les longues heures de neige et de brouillard pour ramener les pèlerins égarés. La Domerie a gardé quelques bâtiments dont la Tour des Anglais, haute de 30 m, ce donjon fut construit en 1353.

Après la visite d'Aubrac, le pèlerin découvrira le hameau de Belvezet situé à 1144 mètres qui est dominé par les vestiges du château de ses seigneurs, datant du XIIIème siècle.

Enfin, arrivé à Saint-Chély-d'Aubrac on pourra découvrir un calvaire du XVIème siècle sur un vieux pont enjambant la Boralde : un pèlerin, bourdon d'une main et chapelet de l'autre, est sculpté sur le socle. L'église du village est en partie du XVème siècle.


La place de Saint Chely d'Aubrac
La place de Saint Chely d'Aubrac

30 Juin : Saint-Chély-d'Aubrac - Espalion >>

 

Parcours :

Étape de 24 km nécessitant 6 h 00 de marche auxquels il y a lieu d'ajouter les temps d'arrêt. Ce cheminement passe par Le Recours, Lestrade, La Rosière, Cinq peyres, Saint-Côme-d'Olt avant d'atteindre Espalion.

LE PARCOURS SAINT-CÔME-D'OLT - ESPALION EST UN DES 7 TRONÇONS CLASSÉS PAR L'UNESCO SUR LA VIA PODIENSIS (et qui se poursuit jusqu'à Estaing sur l'étape suivante)

 

Dénivelé :

De 800 m, le pèlerin va descendre jusqu'à 342 m qui correspond à l'altitude d'Espalion. On profitera ainsi d'un plaisant cheminement dans la vallée du Lot avant de remonter sur les plateaux du Rouergue.

Curiosités :

A Saint-Côme-d'Olt, on fera connaissance avec une cité pleine de charme avec ses quartiers anciens, son église et son clocher en vrille. Près de l'église, on admirera l'ancien hôtel du XIIIème siècle des seigneurs de Calmont et Castelnau. Dans l'enceinte de la cité, on découvrira des maisons des XVème et XVIème siècle.

Avant d'atteindre Espalion, on admirera la superbe église de Perse en grès rose, joyau d'un roman très pur. Son clocher-mur à quatre arcades se dresse sur l'arc triomphal. Le portail nord représente, en haut, la Pentecôte, au dessous l’Apocalypse et le Jugement Dernier, à gauche une Adoration des Mages. C'est une visite à ne pas manquer avant de rejoindre Espalion et son superbe pont.


Le pont gothique d'Espalion sur le lot
Le pont gothique d'Espalion sur le lot

1er Juillet : Espalion/Golinhac >>

 

Parcours :

Étape de 27,5 km nécessitant 6 h 50 de marche auxquels s'ajoutent les temps d'arrêt. Durant ce parcours, le pèlerin passera successivement devant l'église Saint-Pierre à Bessuejouls, Tredou, Verrières, Estaing avant d'arriver à Golinhac. C'est une étape sans grand intérêt mais qui a le mérite de se situer à une distance ni trop courte ni trop longue par rapport au départ d'Espalion... Si le pèlerin en a les ressources, nous conseillerions de "pousser" jusqu'à Espeyrac (8,4 km plus loin), ce qui favorisera une étape courte pour le lendemain (12 km), permettant ainsi, de rester plus longtemps à la découverte de Conques.

LE PARCOURS ESPALION - ESTAING FAIT PARTIE DES 7 TRONÇONS CLASSÉS PAR L'UNESCO SUR LA VIA PODIENSIS (et qui part de l'étape précédente à partir de Saint-Côme-d'Olt)

Dénivelé :

Espalion se situe à 342 m d'altitude et Golhinac à 630 m mais, cette petite remontée se déroule sur 27,5 km, ce qui représente, à vrai dire, un parcours sans difficulté majeure, si ce n'est la montée après Bessuejouls, quelque peu raide...

Curiosités :

La petite église Saint-Pierre de Bessuejouls est superbe. Elle fut construite à la fin du XIème siècle. Seul le clocher-porche est roman mais l'intérieur est particulièrement riche avec des chapiteaux significatifs qui méritent que l'on s'y s'attarde.

On se ménagera quelques instants pour découvrir Estaing qui a gardé bien vivant le souvenir du passage des pèlerins de Saint Jacques de Compostelle qui ont laissé des traces. Une église du XVème siècle a été construite sur l'emplacement d'un ancien prieuré Saint-Fleuret. Le château d'Estaing domine le confluent du Lot et de la Coussanne. La promenade dans les rues moyenâgeuses de la cité, est particulièrement agréable.


Le château d'Estaing
Le château d'Estaing

2 Juillet : Golinhac - Conques >>

 

Parcours :

Cette étape, longue de 20,5 km, demandera 5 h 15 (plus le temps consacré aux arrêts pour atteindre Conques). Le pèlerin passera préalablement aux Albusquiès, à Campagnac, à Espeyrac, à Sénergues, à Fontromieu et à Saint-Marcel avant d'atteindre Conques, cité incontournable sur le chemin de Saint-Jacques.

Dénivelé :

De 630 mètres à Golinhac, le cheminant ne sera plus qu'à 320 m d'altitude à son arrivée à Conques. C'est dire que l'on descend beaucoup au cours de cette étape et, tout particulièrement d'ailleurs, juste avant d'atteindre la cité de Conques.

Curiosités :

La traversée de la commune de Sénergues est agréable. On découvrira son château et sa tour carrée datant du XIVème siècle et son corps de logis borné de deux tours rondes. Mais "le clou" de la journée sera, bien entendu, le visite de Conques, village médiéval tout particulièrement conservé "dans son jus" et son abbatiale Sainte-Foy dont le tympan "le Jugement Dernier" est une œuvre admirable.


La vieille cité de Conques et l'Abbatiale Sainte-Foy
La vieille cité de Conques et l'Abbatiale Sainte-Foy

3 Juillet : Conques - Livinhac-le-Haut >>

 

Parcours :

Étape de 23,5 km représentant 6 heures de marche plus les temps d'arrêt. On passe tout d'abord à la chapelle Sainte-Foy située à 1,2 km de notre départ. Le chemin passe à Laubarède après 13,6 km de marche. Le parcours a été modifié pour favoriser un passage par Decazeville que nous conseillons d'éviter. Cette ville ne présente que peu d'intérêt et le pèlerin préférera emprunter le chemin par les crêtes au lieu de descendre sur cette cité pour aussitôt remonte ... Pour cela, au point 58 (500 m après Roumégoux), abandonner le GR 65 pour emprunter une variante non balisée, la D 580, qui passe à Lestrunie, Peyrebrune, Agnac et Sailhenc avant de retrouver le GR 65,3 km au Nord de Decazeville.

Dénivelé :

Au départ de Conques nous sommes à 320 m et nous allons grimper très vite et rudement jusqu'à la chapelle Sainte-Foy durant un bon kilomètre, mais le chemin sera encore "montant" pendant 4 km pour atteindre une altitude de près de 600 m. Livinhac-le-haut est situé à 200 m, ce qui laisse entrevoir ensuite une forte descente.

Curiosités :

On prendra quelques instants pour découvrir la Chapelle Saint-Roch avec une belle représentation du saint Patron et deux très beaux vitraux modernes.


Le tympan de l'église Romane Sainte-Radegonde
Le tympan de l'église Romane Sainte-Radegonde

4 Juillet : Livinhac-le-Haut - Figeac >>

 

Parcours :

Cette étape, longue de 25,4 kilomètres demandera au pèlerin 6 h 30 de marche (plus le temps des arrêts). Il traversera Montredon, Guirande, La Cipière, Saint-Félix, Saint-Jean-Mirabel avant d'atteindre la ville de Figeac et retrouver ainsi une ville du Lot, un centre urbain conséquent qu'il n'avait plus l'habitude de côtoyer depuis son départ du Puy en Velay. Toutefois si le retour à la vie urbaine ne correspond pas à votre attente vous pouvez prendre la variante en direction de  l'Aiguille du Cingle et poursuivre en direction de Faycelles. Vous laissez alors  Figeac sur votre droite localisé à 4 km de là...

 

LE TRONÇON MONTREDON-FIGEAC FAIT PARTIE DES 7 TRONÇONS  CLASSÉS PAR L'UNESCO SUR LA VIA PODIENSIS

 

Dénivelé :

Parti de Livinhac-le-Haut situé à 200 m d'altitude, le cheminant atteindra Figeac à peu près à la même altitude (officiellement 198 m). Pas de difficulté majeure donc sur ces 25,4 kilomètres.

Curiosités :

On découvrira avec intérêt l'église romane Sainte-Radegonde à Saint-Felix de Mirabel et son tympan datant du XIème siècle représentant Adam et Eve, l'arbre et le serpent. A l'intérieur de l'église on notera une croix en fer forgé de 1783 et un vitrail de saint Jacques. A quelques minutes de là, il serait dommage de ne pas effectuer un petit détour de quelques minutes pour visiter également l'église de Saint-Jean-de-Mirabel, ancien prieuré de l'abbaye de Conques : le tympan représente la Crucifixion avec la Vierge et saint Jean, le soleil et la lune.

Enfin, on essaiera néanmoins de ne pas trop s'attarder pour avoir le temps de découvrir la vieille ville de Figeac au charme certain...


Vieille porte à Figeac
Vieille porte à Figeac

5 Juillet : Figeac - Cajarc >>

 

Parcours :

Etape de 31,5 km nécessitant 8 h 00 de marche (plus les temps d'arrêt) qui passe principalement par Faycelles, Béduer, Le Puy Clavel, Gréalou avant d'atteindre Cajarc.

LE PARCOURS FAYCELLES- CAJARC FAIT PARTIE DES 7 TRONÇONS CLASSÉS PAR l'UNESCO SUR LA VIA PODIENSIS.

Dénivelé :

Etape sans difficulté, le Pèlerin part de Figeac situé à 200 m d'altitude pour atteindre Cajarc localisé à 155 m...

Curiosités :

3 km après le départ de Figeac, le pèlerin découvrira l'Aiguille du Cingle, obélisque en pierres maçonnées datant du XIIIème siècle (il y en avait 4, il en subsiste 2). Il s'agirait de bornes de la "Sauveté", abbatiale à l'intérieur de laquelle tout droit de poursuite cessait... pour d'autres, il s'agirait des "montjoies" de pèlerins.

Sur la commune de Faycelles, un lieu-dit "La Cassagnole" aurait été le hameau natal de Louis le Pieux, fils de Charlemagne. Sur celui-ci un gite bien connu accueille des pèlerins.

A Gréalou, une petite église romane, Notre-Dame-de-l'Assomption, abrite une pietà polychrome qui daterait du XVème siècle et un bénitier historié en pierre de 1684...

On se gardera un peu de temps pour découvrir Cajarc et son église remontant au XIIIème siècle ainsi que la Maison de l'Hébrardie aux fenêtres gothiques, vestige du château de la puissante famille des Hébrard de Saint-Sulpice.


Vue sur Cajarc
Vue sur Cajarc

6 Juillet : Cajarc - Varaire (ou Veylats) >>

 

Parcours :

Etape de 25 km prévue pour 6 h 30 de marche (plus les arrêts). Le parcours passe par Andressac, Gaillac, Mas de Bories, Limogne-en-Quercy, Ferrières, avant d'atteindre Varaire préconisé comme commune étape.

Beaucoup de pèlerins, à vrai dire, opteront pour poursuivre jusqu'à Veylats (soit 8 kilomètres de plus) mais cette option diminuera d'autant l'étape suivante qui mène à Cahors, laissant ainsi plus de temps pour découvrir cette attrayante et belle cité (Par ailleurs ils pourront apprécier l'accueil au Monastère des Filles de Jésus). En pareil cas, 100 m après le km 24,7 : suivre le GR 65 à droite (panneau : Bach 5 km). Après 400 m, reprendre le goudron à gauche et traverser le hameau de la Plane. A la sortie, traverser la D 52 (on retrouve alors l'itinéraire qui vient de Varaire) pour prendre en face un chemin flanqué d'un panneau : Bach 4 km. A Bach, il vous restera 3 km pour atteindre Veylats...

Dénivelé :

De 155 m d'altitude à Cajarc, le pèlerin gravira une altitude de 300 m environ, qu'il s'agisse d'une arrivée à Varaire ou à Veylats... Cette remontée se sentira surtout au départ de Cajarc sur 5/6 kilomètres environ avant de retrouver un chemin sans grand dénivelé.

Curiosités :

1,4 km après Cajarc, on découvre la Capelette (petite chapelle) au nom de Sainte-Madeleine dont il ne reste que l'abside. Elle date du XIIème siècle et desservait une léproserie qui hébergeait aussi des pèlerins avant la traversée du causse. On pourra flâner un peu et traverser avec plaisir le village de Gaillac et son château féodal que l'on admirera surtout après avoir quitté la cité.

Au mas de Borie, on verra un plan d'eau-lavoir caractéristique du causse, avec sa pompe à godets.

Limogne-en-Quercy est une petite ville active et agréable, propice à un petit temps de détente.

Enfin, tout au long du chemin on sera en présence, tout comme la veille d'ailleurs, de gariottes et de cazelles, ces petites cabanes tout en pierres plates, mur rond comme toit conique signifiant "petite maison". Les chemins empruntés seront, le plus souvent, délimités par des murets de pierres sèches typiques de cette région des causses.


Le monastère des Filles de Jésus à Vaylats
Le monastère des Filles de Jésus à Vaylats

7 Juillet : Varaire (ou Vaylats)/Cahors >>

 

Parcours :

32 km ou 24,5 km selon le point de départ ce qui représente 8 h 00 ou 6 h 00 de marche...

Le chemin passe par Bach, Mas de Vers et le pèlerin devra ensuite marcher près de 18 km sans localité traversée pour atteindre la capitale du Quercy.

LE PARCOURS BACH-CAHORS FAIT PARTIE DES 7 TRONÇONS CLASSÉS PAR l'UNESCO SUR LA VIA PODIENSIS.

Dénivelé :

Varaire se situe à 320 m d'altitude et Vaylats à 300 m. Cahors est à 135 m, et la descente vers la ville, à partir d'un plateau interminable, justifie cette différence de niveau. Il n'y a pas de difficulté importante.

Curiosités :

Que le départ s'effectue de Varaire ou de Vaylats le pèlerin ne pensera qu'à rejoindre rapidement la capitale du Quercy car le parcours de cette étape ne présente pas grand intérêt historique. Dès son arrivée, le pèlerin découvrira une petite ville provinciale très agréable et attachante. La visite du vieux Cahors et de la cathédrale Saint-Etienne constituera le point d'orgue de la journée. Le portail roman a été exécuté entre 1140 et 1150. Son tympan porte une Ascension du Christ en mandorle, entouré d'anges, et de la vie de saint Etienne. On ne manquera pas la découverte du pont Valentré que le pèlerin empruntera d'ailleurs obligatoirement pour quitter la ville en direction de Montcuq.


Le pont Valentré à Cahors
Le pont Valentré à Cahors

8 Juillet : Cahors - Montcuq >>

 

Parcours :

Cheminement de 31 km nécessitant 7 h 50 de marche (plus les temps d'arrêt) et passant par Labastide-Marnhac, Baffalie, et Lascabanes, situé à un peu plus de 22 km, pouvant être un lieu d'étape tout à fait agréable pour les pèlerins souhaitant alléger leur temps de marche. Cette possibilité d'étape à Lascabanes est d'ailleurs suggérée, depuis quelques temps, par certains guides. Si vous optez pour cette solution, votre prochaine étape ne s'arrêterait plus à Montcuq mais à Lauzerte avant de rallier Moissac... Dufort-Lacapelette, ancien terme d'étape, n'est, plus alors qu'une cité de passage, victime très certainement de ses difficultés d'hébergement. Par ailleurs cette dernière formule a le mérite d'équilibrer les distances kilométriques sur les trois étapes. Mais, bien évidemment c'est à vous de choisir vos trajets !

Dénivelé :

Cahors est à 135 m d'altitude. Montcuq est à 230 m. Après un départ "prometteur" mais de courte durée et juste après le pont Valentré, le chemin s'effectue sans difficulté particulière malgré quelques petites montées et descentes à répétition.

Curiosités :

Lascabanes est un joli et paisible petit village d'imprégnation "pèlerine", d'autant plus que les "cherchants" passant la nuit dans cette localité (gite très agréable recensé par la confrérie) auront peut être le bonheur de vivre une messe d'autant plus symbolique que le prêtre officiant termine cette dernière en procédant au lavage des pieds des pèlerins... Il s'agit là d'un symbole très fort rappelant la simplicité et l'humilité...

Montcuq est une cité d'origine romaine. Il est agréable de cheminer dans ses rues médiévales pleines de charme (maisons des XIVème et XVème siècles). On pourra découvrir son donjon du XIIème siècle (visites en Juillet et Août). Un escalier taillé dans la pierre mène à l'unique porte, celle de la tourelle-escalier. On appréciera l'église Saint-Hilaire et son clocher octogonal qui conserve un chœur du XIVème siècle avec de grandes baies gothiques et des vitrages modernes.


Entre Montcuq et Dufort-Lacapelette : Le pigeonnier du Chartron
Entre Montcuq et Dufort-Lacapelette : Le pigeonnier du Chartron

9 Juillet : Montcuq/Durfort-Lacapelette >>

 

Parcours :

Étape de 25,7 km nécessitant 6 h 30 de marche (plus les temps d'arrêt) mais on peut aussi avoir le désir de découvrir Lauzerte situé à droite du chemin (dans ce cas, on allongera son parcours de 1,3 km ce qui portera le temps de marche à 7 h 00). Après le départ de Montcuq, le cheminant traversera successivement Rouilhac, Montlauzun et Lauzerte (s'il décide d'y passer) et à 3 km après cette cité, il côtoiera sur sa gauche, la chapelle Saint-Sernin du Bosc avant de rejoindre Durfort-Lacapelette à 8 km de là.

Dénivelé :

Au départ de Montcuq, on est à 230 m d'altitude. A Durfort-Lacapelette on est à 180 m. Une étape sans difficulté majeure.

Curiosités :

L'église de Rouilhac mérite un intérêt. Sa nef a été construite au XVème siècle, mais, son abside du XIIème siècle abrite des peintures romanes : Crucifixion, Cène, Adam et Eve, entrée à Jérusalem. Christ entouré des symboles des évangélistes.

Lauzerte surveille depuis le XIIème siècle la route qui va de Cahors à Moissac. En s'y arrêtant on y découvrira des maisons du XIIIème siècle à façades de bois et fenêtres géminées, d'autres de la Renaissance à fenêtres à meneaux, d'autres encore formant rempart. L'église Saint-Barthélémy possède une abside à cinq pans, une large nef unique à trois travées flanquée de six chapelles, un clocher rectangulaire. Elle a été agrandie et voûtée d'ogives entre 1591 et 1654.

A 3 km de Lauzerte, on pourra passer quelques instants à la chapelle Saint-Sernin du Bosc qui apparaît dans la pente d'un vallon boisé. Son abandon et sa simplicité sont émouvants ; elle possède un chevet roman à modillons, certains sont sculptés. Des traces polychromes sont visibles sur l'arc régnant. Elle jouxte un cimetière encore utilisé jusqu'au siècle dernier.

 

OFFICE DU TOURISME DE L'ÉTAPE : (OT LAUZERTE) 05 63 94 61 94  


Église Saint-Martin peu après Durfort
Église Saint-Martin peu après Durfort

10 Juillet : Durfort-Lacapelette/Moissac >>

 

Parcours :

Petite étape de 14 km demandant 3 h 30 de marche (plus les temps d'arrêt) ce qui permettra au pèlerin de pouvoir consacrer un temps suffisamment conséquent à découvrir dans les meilleures conditions la cité de Moissac où est implanté un des plus grands centres monastiques de l'Occident, halte majeure sur le Chemin. Le cheminant passe par Saint-Martin-de-Durfort et par Espis avant d'atteindre Moissac.

Dénivelé :

Durfort-Lacapelette est à 180 m d'altitude. Moissac est à 70 m. Non seulement l'étape est courte mais elle est aisée de par son dénivelé...

Curiosités :

Il n'y a pas, à proprement parlé, de curiosités recensées sur ce parcours, tout étant axé sur la cité de Moissac avec son église abbatiale, son portail sculpté et son cloître. Le cloître, à lui seul, offre pas moins de 88 chapiteaux différents sculptés sur quatre faces, de thèmes floraux ou stylisés, de personnages, de végétaux ou d'animaux et de scènes bibliques. Le portail quant à lui dénombre plus de 60 figures.


Commentaires: 0