· 

Mardi 28 Mai : Agir pour la Liberté : Libérer notre enfant intérieur des conflits

Contribution 

5 € minimum

 

Bonjour à tous,

 

Que l’enfant soit témoin, le sujet ou impliqué dans le conflit, il en gardera la trace jusqu’à ce qu’il comprenne, accepte, pardonne et digère.

On pense en tant qu’adulte que nos enfants ne sont pas conscients de ce qu’ils voient, entendent. Bien grande est notre erreur, il vont devoir se construire avec.

Qui enfant ne s’est pas retrouvé au milieu d'une dispute parentale, un désaccord familial, de voisinage ? Une scène vive ou carrément de violence ?

 

Mille émotions peuvent être enregistrées à ce moment là, souvent lorsque c’est entre les parents, l’enfant se sent responsable de la dispute. Il n’aura pas été assez gentil ou sage. Il n’aura pas fait ce qu’il fallait ou comme il fallait, et tellement d’autre possibilités.

Nos blessures viennent de ces moments où on ne comprend pas ce qui se passe, on ne maîtrise pas la situation, et personne ne prend le temps de l’expliquer.

Et, lorsque quelqu'un le prend, l’enfant n’a pas le choix, la blessure est une fatalité, elle doit être ravalée, acceptée.

Elle sera ignorée le plus souvent de l’entourage car l’adulte ne sait pas quoi en faire. Il aura assez de mal avec la sienne. Alors le petit lui doit suivre et tant pis s'il refait pipi au lit (ça lui passera) tant pis s'il ne parle plus beaucoup, tant pis si à l’école ça ne se passe pas très bien.

 

Plus tard à l’adolescence la relation avec les parents risque de souffrir fortement de cette blessure : agressivité, refus de tout et parfois juste pour contrarier, rêve d’un autre monde, sensation de ne pas être au bon endroit, dans la bonne famille, voir sur la bonne terre.

 

Comment avoir de bonnes relations avec les autres ?

 

Porteurs de blessures, je vais attirer à moi exactement les personnes, les situations qui conviennent pour les travailler, les lâcher, les libérer, mais personne ne va m’expliquer cela.

Alors je vais le vivre à nouveau comme une fatalité, l’acharnement du sort, comme une victime.

Je vais les enfouir un peu plus loin, profondément en moi, jusqu’à ce qu’un jour je ne puisse plus, et, comme une cocotte minute, je vais exploser, personne, même pas moi, ne va comprendre ce qu’il se passe. Dans le meilleur des cas, je vais essayer de comprendre, dans le pire, je vais essayer de vivre.

L’écoute adulte pourrait aider, mais la blessure de l’autre est toujours plus grande, plus douloureuse que la nôtre, l’oreille bienveillante et libératrice se présentera-t’elle un jour ?

Tout, tout dans notre vie dépend de ce bien-être, vous le savez la nature n’aime pas le vide, lorsque nous sommes plein de tourments, de tristesse, de colère, et autres sentiments préoccupants, nous n’avons pas de place pour le reste.

Ce qui se passe à l’extérieur est le reflet de ce qui se passe l’intérieur, si notre société en est là aujourd'hui,

 

où en sommes-nous nous avec nous-mêmes ?

 

Le mensonge, l’exploitation, la soumission, le devoir, l’obligation, etc.

N’est-ce pas cela que nous avons reçu en héritage ?

La joie, l’abondance, les rires, l’amour n’ont pas de place, il est temps de faire le ménage, de jeter tout ce dont on n’a plus besoin, ces souvenirs douloureux (lorsque l’on en est encore conscient) ces mémoires cellulaires imprimées qui nous influencent encore.

 

🌼Ce soin est pour nous défaire de toute cette matière qui nous empoisonne.

🌼Ce soin est pour que chaque enfant de la planète, n’imprime plus ces scènes-là, pour qu’ils n’enregistrent plus les conséquences des désaccords ou manipulations d’autrui.

🌼Ce soin est pour que chacun prenne ses responsabilités face à ce qu’il transmet et face à ce qu’il enregistre.

🌼Ce soin est pour nous libérer de ces mémoires, mais aussi des égrégores qui font de nous des victimes de la société, du non-amour, et de tout le reste.

🌼Ce soin est pour que chaque enfant ne prenne que ce qui lui revient pour devenir un adulte créateur, intelligent dans l’âme, honnête avec lui et ses paires, heureux de vivre et de partager ce bonheur.

 

Ayant tous en nous cette mémoire d’enfant, nous sommes donc TOUS concernés.

Accueillons enfin les souffrances de cet enfant que nous avons été afin que les enfants à venir n’en héritent pas.

 

Je vous donne rendez-vous :

le Mardi 28 Mai

Agir pour la Liberté 

Libérer notre enfant intérieur

 

pour ce grand pas libérateur.

 

Bien à vous dans la force qui nous accompagne.

 

Corinne Lebrat


Écrire commentaire

Commentaires: 0