Le Château de Chambord

 

Des êtres de lumières : « le bord du champ. »

 

Mais le champ de quoi et quel bord ? Le bord du champ ?

 

En tout cas j’y suis allée.

 

Et quelle ne fut pas ma surprise de voir que ce château était avant tout un vaisseau et un diffuseur d’énergie récupérée du peuple qui vient le visiter vers la couronne du pouvoir.

 

Encore une fois notre énergie utilisée à des fins inconnues à nous, mais très claire aux gens de pouvoirs.

 

 


L’idée était de se connecter à un personnage très présent dans ma vie en ce moment : Léonard De Vinci.

Chose intéressante. Malgré l’extraordinaire renommée du château de Chambord et l’intérêt qu’il a suscité au cours des siècles parmi les historiens, l’énigme de l’identité de son architecte n’est pas encore levée. Un mystère qui s’explique par l’absence presque totale d’archives concernant le chantier royal. Celles-ci ayant été dispersées ou détruites à la fin du XVIIIe siècle. Aucun plan, aucun texte contemporain de la construction ne cite précisément le nom de celui qui imagina puis « traça les traits » de l’un des édifices les plus remarquables de la Renaissance.

Mais le château de Chambord est une création architecturale exceptionnelle, influencée par le travail de Léonard de Vinci.

À la suite de la bataille de Marignan, François Ier découvre les merveilles de l’architecture italienne et le travail de Léonard de Vinci. Lors de son retour en France en 1516, François Ier invite le génie polymathe à séjourner à la cour de France en tant que « premier peintre, architecte et ingénieur du roi ».

Son influence dans la conception du projet de construction de Chambord se retrouve dans la comparaison entre des parties architecturales adoptées à Chambord et les croquis qu’il a réalisés dans ses carnets. Le plan centré du donjon, la présence d’un escalier à double révolution, d’un système de latrines à double fosse et conduits d’aération ou encore le système d’étanchéité des terrasses, sont autant d’indices qui font de lui l’inspirateur de l’œuvre de François Ier.

 

De mon côté en temps que voyageuse du temps ou dans l’espace temps, je perçois bien d’autres réalités. Effectivement Léonard de Vinci aurait été sollicité pour cet ouvrage, mais ce qu’il avait imaginé fut refusé, seul fut gardé une approche de son travail et encore détournée.

Léonard de Vinci, était un grand visionnaire, un génie. On ne connait pas l’ampleur de ses oeuvres, je vous invite à découvrir la vie de cet homme incroyable qui vaut le détour. 

http://www.astrosurf.com/luxorion/leonard-vinci.htm

Son travail sur les perspectives et plus particulièrement sur sa grille géométrique de la perspective, sur l’expression humaine etc. l’a mené à affirmer : « un tableau est une ouverture au monde. »

 


 

Mais revenons à notre château de Chambord et au travail du maître. Le château présente un escalier aussi remarquable par son ordonnance que par sa position dans l’édifice. Il est construit en plein centre du donjon, à la croisée de quatre vastes salles. Il se compose de deux rampes jumelles hélicoïdales s’enroulant l’une au-dessus de l’autre autour d’un noyau creux et ajouré. Cet escalier dit « à double révolution » dessert les étages principaux de l’édifice, jusqu’aux terrasses sommitales où il est surmonté par la plus haute tour du château, la tour-lanterne.

Il exerce depuis le XVIe siècle la même fascination sur les visiteurs du château. D’une part pour la prouesse architecturale qu’il représente, d’autre part pour la mise en scène qu’il induit.

En effet, deux personnes empruntant chacune l’une des rampes s’aperçoivent par les fenêtres aménagées dans le noyau mais ne se rencontrent jamais. Un jeu dont se régalent toujours les touristes, à l’instar des hôtes du château au cours des siècles.

Source : https://www.chambord.org/fr/histoire/le-chateau/architecture/

A mon arrivée, je constate immédiatement que l’escalier qui normalement devait amener l’énergie du Ciel vers la Terre est inversée. L’énergie captée dans l’univers devait selon Léonard de Vinci se diffuser sur tous les habitants ou visiteurs du lieu (ouverture et élévation du monde, LA vision de l’art du maître ) mais je constate que c’est l’énergie des visiteurs (n’ayant pas d’habitants, il n’en a jamais eu d’ailleurs et pour cause) qui nourrit autre chose.

Je vous entends déjà demander : «  Mais nourrit quoi ? »

Et bien ceux porteurs des symboles, ou plutôt du symbole que l’on peut voir au sommet de l’escalier/tour (qui ressemble étrangement à une fusée) la royauté, ou à tout ce qui s’y rapporte.

 

Bizarrement notre gouvernement aurait des projets sur ce beau monument, affaire à suivre...

 

Je vous ai dit qu’il était un vaisseau, pour quoi faire et dans quel but ?

Son non-contact avec le sol lui donne une intouchabilité, une cachette au monde. N’étant pas posé dans le monde la matière, tout ce qui y a été fait et y est encore fait reste invisible au commun des mortels.

 

Aujourd’hui les choses étant remises à leurs places, le voile est levé et l’invisible au commun devient visible à tous. 

 

À méditer.

 

Bien à vous dans la lumière qui nous guide.

 

Corinne Lebrat


Commentaires: 2
  • #2

    Cathy MO (samedi, 23 février 2019 11:49)

    Bonjour Corinne,

    Surprise aussi pour moi de découvrir toutes ces vérités cachées ! Je suis heureuse de te voir remettre de l'ordre dans tout cela ! Et dans quoi d'autres encore ?
    Belle journée.

  • #1

    bonvallot (jeudi, 21 février 2019 14:22)

    coucou corinne,
    je te suis depuis ton début au "grand changement" je t'avais perdue et je te retrouve...
    concernant le château de chambord, je viens de découvrir sur you tube des vidéos de Didier Coilhac qui dit avoir été François 1er et qui expliquant le château de chambord et de léonard de vinci parle d'extra- terrestre et analyse tous les symboles que l'on y trouve.
    un coup d'oeil sur ces vidéos ouvre une porte que l'on peut choisir de prendre ou pas mais me semble intéressant.
    bonne continuation à toi et à ton équipe.
    bises marie madeleine bonvallot