· 

Documentation Paris

Île de la Cité - Paris ⤴️

Oeil d'Horus ⤴️

Blason actuel Paris
Blason actuel Paris
Monnaie Paris
Monnaie Paris

Croix Ankh ⤴️

Isis
Isis
Horus enfant
Horus enfant
Horus
Horus
Osiris
Osiris

Oeil d'Horus ⤴️

L’île de la cité ! Une nef, un vaisseau au milieu de la Seine, c’est le cœur de Paris. Elle me fait penser à la barque sacrée égyptienne. Il y a la barque solaire, associée au cycle journalier du dieu soleil Rê, et puis la barque funéraire du dieu Osiris, le chef des Occidentaux, en Abydos (qui donnera le mot abysses).

Si vous regardez le blason de la ville de Paris, vous verrez un bateau, d’apparence un peu égyptienne d’ailleurs, et une devise : « Fluctuat nec mergitur » qui veut dire : « Est battu par les flots mais jamais ne sombre »… Le ton est donné !

Gui de Bazoches, chroniqueur de la 3e croisade, disait de l’île de la cité :   elle est « la tête, le cœur et la moelle de Paris ». 

C’est l’antique berceau de la ville, là où est venue s’installer la tribu celte des Parisis. Par Isis ou Bar Isis, c’est-à-dire en langue des oiseaux, les fils d’Isis … 

D’après l’étymologie du nom, la racine gauloise pario signifie chaudron, et si(i) ceux, qui pourrait se traduire par « ceux du chaudron ». 

Dans la tradition celte comme dans toutes les autres grandes traditions, le chaudron a un caractère magique. C’est l’Athanor des alchimistes, celui dans lequel le plomb se transforme en or … Tout un programme …

Isis, c’est la déesse égyptienne de la magie, de l’alchimie. C’est elle qui ressuscite/régénère Osiris. Elle détient le secret de la Vie, la croix de Ankh (au passage regardez la forme de cette croix et comparez la au plan d’une cathédrale) … elle est nommée la Dame du trône, et est représentée avec un trône sur la tête … Tiens ! Tiens !

Mais cela nous fait penser à un soin que Corinne a fait au Pérou (cf. Pack Pérou, soin à l’hôtel, la terre, Lima 10/11/2018 : Prise de conscience de la responsabilité de nos actes). Il y avait une femme, pas très bienveillante, qui était assise dans un fauteuil en bois avec un dossier haut, un peu comme ceux des évêques qu’on trouve dans les cathédrales … Tiens ! Mais Cathedra en latin veut dire … le trône ! Mais alors la cathédrale Notre-Dame serait une métaphore de la Dame du trône … ?!

Ah, ah !  Notre-Dame pourrait bien encore être d’actualité …

D’après Daniel Meurois (cf. Louis du désert, le destin secret de Saint-Louis) il y a, sous Notre-Dame, un lieu de passage ou de rencontres qui conduit à des mondes parallèles… Le roi Saint-Louis s’y rendait, Saint Thomas d’Aquin aussi durant son séjour à Paris entre 1245 et 1248. Selon Nathalie Chintanavitch (cf. Le secret d’Esteban) il pourrait même y avoir un trou de ver (un raccourcissement de l’espace-temps) qui amènerait aux USA, à Las Vegas dans la pyramide de l’hôtel Luxor  … ?!

Mais revenons encore un peu à Isis, dans Wikipédia on peut lire ceci : « L'astucieuse Isis est l'une des divinités de l'Ennéade d'Héliopolis. Elle est la sœur et l'épouse du roi Osiris, un être généreux qui plaça son règne sous le signe de l'harmonie cosmique. Ce temps heureux prend subitement fin avec l'assassinat d'Osiris lors d'un complot organisé par son frère Seth, un dieu violent et jaloux. Isis retrouve le corps d'Osiris et le cache dans les marécages de Chemnis. Lors d'une partie de chasse, Seth trouve le cadavre et, fou de colère, le dépèce en plusieurs lambeaux. Durant une longue quête, Isis secondée par Nephtys, Thot et Anubis, retrouve les membres disjoints et reconstitue le corps d'Osiris en le momifiant. Après avoir revivifié Osiris, Isis fait de lui le souverain éternel de la Douât, un monde paradisiaque peuplé d'esprits immortels. Pour assurer sa protection, elle le place sous la garde attentive du dieu à tête de chien Anubis, son fils adoptif. Isis sous la forme d'un oiseau rapace s'unit à la momie de son époux et conçoit Horus. Élevé dans les marais de Chemnis et fortifié par le lait maternel d'Isis, Horus parvient, non sans peine, à l'âge adulte. Durant de nombreuses décennies Horus et Isis combattent Seth soutenu par Rêassez peu disposé envers Horus. Après de nombreuses péripéties, Horus réussit à se faire reconnaître comme le successeur légitime de son père, devenant ainsi le modèle du pharaon idéal. »

L’ancien non de Paris était Lutetia Parisiorum. Et bien quand on regarde l’étymologie de lutetia on découvre une chose étonnante : l’origine viendrait du radical gaulois lut- « marais » (équivalent du latin lŭtum « boue »), qu’on peut rapprocher du gaélique loth « marais » (de lūta), breton loudour « malpropre » (de lout-) … Des marais donc … ça me dit quelque chose !

Avez-vous regardé la forme de l’île de la cité, on dirait un œil … Comme l’Oudjat, l’œil d’Horus ? Ah mais vraiment l’Egypte insiste !!! 

Visionnant récemment  une vidéo sur les vies antérieures d’une personnalité du monde politique français

(cf. https://youtu.be/TqChDaMStmE), quelle ne fut pas ma surprise : Napoléon 1er serait de retour ! Lui qui avait une telle fascination pour … l’Égypte.

 

Si avec tout ça, on n’a pas compris qu’une petite visite au département égyptien du plus grand musée parisien s’imposait … ^^

 

Véronique Sabard 


Écrire commentaire

Commentaires: 0