· 

Prise de conscience avec Merlin

Sur le retour de Brocéliande ...

 

Alors que nous roulons vers notre maison, la route nous paraît bien longue, les voitures, les camions, les motos et tout le reste doublent et redoublent sans fin.

 

A notre grand malheur, ayant l’impression d’être seules à les voir, nous constatons sur le bas côté de la route partout, peu importe les régions, des animaux écrasés, percutés, tués.

A chaque fois que ce soit moi ou Fleure, mais le plus souvent en même temps nous avons un geste, une prière pour eux, cela excuse-t’il cela ? Non, bien-sûr.

De là me vient une réflexion qui aura sa conséquence et que j’ai décidé de vous partager :

 

Comme depuis maintenant plusieurs dizaines d’années je prie pour ces petits animaux - je pense que je ne suis pas seule à le faire, comment se fait-il qu’il n’y en ait pas un peu moins ? Juste un peu ?

Lapins, oiseaux, rapaces, chats, belettes, chiens, chevreuils, hérissons, blaireaux, etc, etc…. La liste est sans fin, se font percuter par les véhicuels comme s'ils étaient invisibles ?

 

Je suis triste, vraiment concernée et consternée par ce phénomène. Je ne sais plus comment prier tellement je ressens de l’impardonnable, de l’inattention, irrespect, de la part de nous-mêmes envers ce petit monde.

 

 

Photo trouvée sur le net...
Photo trouvée sur le net...

Puis l’image de l’horreur, l’image de trop, un grand rapace aux belles couleurs gît sur le bord. En passant nous voyons ses pattes jaunes sans vie, sa tête, son bec jaune lui aussi. Il vient d’être tapé et certainement que les voitures suivantes vont le réduire en pâté.

 

Alors une discussion s’engage avec mes « instances célestes » : 

Moi : «  Est-ce utile à quelque chose tout ça ? Tout a une raison d’être, mais là, expliquez-moi ?

Mes Instances Célestes : C’est quoi le problème ? Le fait que tu vois des animaux morts, ou le fait qu’ils soient morts ?

- Non, pourquoi meurent-ils ainsi, que doit-on comprendre ? Y a t’il quelque chose à comprendre, à faire ?

- Il y a toujours quelque chose à comprendre, rien n’est mis au hasard.

- Ok, que  devons-nous alors comprendre et comment faire pour que ça s’arrête ?

- Donc pour toi le problème c’est la mort brutale de ces animaux ?

Oui !!

- Et bien à ton avis ?

- Et bien c’est la question ?

- Réfléchis ! La vie ne te semble pas respectée ici, c’est bien ça ? Et la mort te semble gratuite ?

- Ouiiii, exactement !

- Mais dis donc, ton jugement est bien dur pour tes semblables.

Pardon ?!!

- Et bien toi tu en es où par rapport à cela ?

- Je ne comprends pas, je n’ai jamais tué d’animaux sur la route ?!!

- Non effectivement. Même si... Si on cherche bien il doit bien y avoir un ou deux petits oiseaux en trente ans de permis ? Mais oui tu as raison tu fais attention. Ça c’est sur la route, mais crois-tu que le respect de la vie s’arrête sur la route ? Dans ton assiette, qu’y trouve-t’on ?

- Effectivement je ne suis pas végétarienne, mais vous êtes en train de me dire que s'il y a des animaux écrasés sur la route, c’est parce qu'il m’arrive de manger de la viande deux à trois fois par semaine ?

- Ce que je suis en train de te dire, c’est que le respect de la vie se trouve partout, sur la route ET dans ton assiette. Si tu fais une différence et bien ça ne peut pas s’arranger. Crois-tu que celui qui tue pour manger a plus de respect pour la vie que celui qui tue en roulant ?

- Je devrais faire le pas vers le végétarisme ? Pour que la tuerie sur les routes s’arrête ?  Houla !! Je ne sais pas si j’en suis capable ? Diminuer ne me pose pas de soucis, mais arrêter carrément je ne sais pas si je le pourrais ?

C ‘est d’ailleurs une question intéressante ça : où j’en suis moi avec ça ? A l’heure où mes analyses me disent que je manque de protéines. 

Plus de protéines animales veut dire plus de petits lardons, jambon, barbecue, plus de poissons non plus, ce n’est pas parce-que nous ne les entendons pas crier qu’ils ne souffrent pas, etc, etc…. L’été arrive, les apéro, saucisson, les amis, les invitations.

Que ça me semble compliqué, je sais bien que pleins d’autres aliments m’apporteraient les protéines dont je pourrais avoir besoin, dont j’ai besoin, mais il faut que j’étudie la question de plus près.

- Tu comprends maintenant ?

- Oui, mais j’étais à cent lieux d’imaginer cela ! Ça me fait penser à l’aile du papillon qui bat à Mexico et que … 

- Il n’y a pas d’acte sans conséquence, et la mort est la mort. Partout sous toutes ses formes elle reste la mort que l’on donne, seule les raisons changent.

- Je vais y réfléchir, mais c’est un grand dilemme en moi, un grand chamboulement que je n’ai pas vu venir.

 

Vient enfin la décision finale : ma petite Fleure avec qui je partageais ma réflexion, n’a même pas hésité :

« - Je deviens végétarienne !

Maman il y a des lardons dans le frigo, on les jette ? 

- Non, il ne faut pas exagérer, ceux-là au moins ne seront pas morts pour rien. On verra plus tard, je ne sais pas que penser. »

Les lardons, elle les mettra dans la sauce qu’elle aura gentiment cuisinée. Mais nous n’arriverons pas à les manger, chacune nous les trions dans notre assiette. Dès la première bouchée, nous revoyons ce magique oiseau sur la route tué, pas possible d’avaler !

 

Bon nous verrons demain ce qu’il restera de cette réflexion.

 

Moi, au petit-déjeuner, le lendemain : « Mais alors, il faut être végétarien ?

Mes Instances Célestes : - Non juste en accord avec toi, l’un est une conséquence de l’autre si ça ne te dérange pas, tout va bien pour toi. Mais si tu commences à te poser des questions, c’est que tu ne l’es plus.  Il te faut te remettre en harmonie avec toi, de façon à pouvoir te regarder dans la glace et voir qui tu es sans te mentir, heureuse, libre et fière de toi. Ca fait partie de l’évolution, chaque chose en son temps. Fais ce qui te semble juste. Ne perds pas de vue l’équilibre âme/esprit/corps qui évolue en permanence dans cette période d’élévation. »

Alors inutile de vous préciser mon choix et quel choix je ne me suis jamais sentie aussi bien que depuis une semaine. Mon mari et mon fils continuent eux à manger ce qui leur fait plaisir. Mais Fleure et moi-même, nous sourions à chaque repas : je ressors mes recettes de graines, noix, oléagineux et je me demande comment j’ai pu m’arrêter.

 

Ce qui est important, c’est la conscience de faire, ou de faire en conscience.

 

Pendant un certain temps dans ma vie passée, j’ai été végétarienne, mais il me manquait quelque chose. Et lorsque mon mari revenait de chez le boucher, même si je mangeais peu de viande, je me suis remise à en manger, je n’avais pas de culpabilité parce que la conscience n’y était pas. 

 

Je suis aujourd’hui d’une extrême reconnaissance à cet oiseau qui a tout déclenché, ou peut être le chauffeur qui a mis fin à sa vie. Est-ce que cela changera quelque chose sur les routes ? Je n’en sais rien. Je n’attends rien, et ce n’est même pas le problème, mais ce dont je suis sûre, c’est que je suis maintenant en paix avec cela maintenant.

 

Il m’était important de vous partager ce message. Oh je ne cherche pas à vous convaincre, grand Dieu, il y a bien longtemps que je n’essaie plus de convaincre qui que ce soit. 

 

Mais juste pouvoir me regarder dans le miroir et voir ce que je suis dans la joie du coeur…

 

Portez vous bien dans le plaisir du partage.

 

 

Corinne Lebrat

Si vous souhaitez une réponse à votre commentaire sur le blog,

merci de préciser votre adresse mail, ou de me l'envoyer directement à : contact@corinenergie.com

Merci ;-)

Commentaires: 3
  • #3

    Isabelle (mardi, 12 juin 2018 20:16)

    Bonjour,
    Merci Corinne de ton témoignage, de l’honnêteté de tes questionnements, de la sincérité avec laquelle tu nous les partages.

    Ma réflexion est une question qui me reste sans réponse pour l'instant. J'ai pu prendre conscience de notre responsabilité humaine dans la souffrance animale et je fais le choix d'être (quasi) végétarienne, et donc de manger rarement de la viande, en conscience.
    Ok, de plus en plus de personnes avancent dans cette conscience du respect animal. C'est super. Mais qu'en est-il du respect du végétal???
    Quel rapport j'entretiens avec le règne végétal quand je m'en nourris? Est-ce que le règne végétal aurait moins de "valeur" que l'animal? Qu'en est-il de me nourrir de plantes dont je ne sais pas comment elles ont été cultivées? ou quand elles sont élevées sans respect, sans conscience?
    Effectivement, pour l'instant (!), je ne sais pas vivre sans ingérer de nourriture. Mais je ressens profondément l'importance de me nourrir en conscience et dans le respect de cette vie qui a été "créée", "forcée de grandir" pour que je puisse à mon tour me nourrir. Je ressens vraiment la nécessité de ma (notre) connexion à la Terre pour occuper notre place d'Humain. C'est la conscience à laquelle le soin à Gaia nous a connectés.

    Sur ce chemin là, j'ai fait le choix depuis un bon moment de choisir des aliments bio. Mais il y a quelques années, j'ai un jour fait l'expérience dans un supermarché de ne pas pouvoir acheter les fleurs coupées qui étaient présentées. J'ai à ce moment pris conscience de la manière dont elles étaient cultivées, "à la chaîne", parfois sans terre, avec divers produits phytosanitaires permettant que le bouquet "dure" longtemps... Je les ai senties "sans vie". Depuis, j'achète rarement des fleurs coupées, et en tout cas, pas en grande surface.

    Merci Corinne pour ce que tu permets,
    Isabelle

  • #2

    Odile R. du 83 (lundi, 11 juin 2018 16:17)

    Bonjour Corinne, je ne suis pas tombée sur ton message par hasard !!!

    En ce qui me concerne, j'ai arrêté de consommer de la viande depuis avril 2015, un soir ou j'ai vu une vidéo avec Gilles Lartigot, fervent défenseur du droit animal.

    En effet suite à plusieurs vidéos de L214 qui étaient postées sur mon groupe FB et où il était question d'intolérables souffrances animales qui étaient endurées par des millions de bêtes qui se sacrifient à chaque instant pour assouvir une envie humaine (pas un besoin), mais une envie de viande !!!

    Parce que nous avons été éduqué dans un esprit de consommation, pour relancé une filière agricole à coup de pubs mensongères, telles l'agneau de pâques, le veau de la pentecôte, la dinde de Noël, (le tout sur les bases de religion, pour la culpabilité) etc...

    Nous sommes poussés à consommer et surconsommer, sans mettre de la conscience de l'autre, du respect d'un autre règne ou même de la nature et de ce qui est juste,

    J'étais au début de mon éveil, et je me suis fait une réflexion intérieure où je me suis dis " Odile, toi qui adore la viande, ( je pouvais la manger crue), Comment peux tu dire que tu aime les animaux et contribuer à leurs souffrances et à leurs morts en mangeant de la viande ? N'y a t-il pas un décalage, entre ce que tu dis et ce que tu fais ? ? " et bien évidement la réponse à été cinglante, bien sûre que oui !!!!

    Donc depuis j'ai changé toute mon alimentation. effectivement les protéines ce trouvent partout dans le monde végétal, et en plus, tu ne transporte pas une information, une mémoire de l'animal qui est mort dans d’atroces souffrances, puisque bien souvent il est encore en vie lorsqu'il est disséqué. Je n'ai plus non plus de mal aux articulations (du à cette acidité transportée par les mémoires). Et curieusement ces vidéos atroces ne viennent plus à moi ...

    Alors une ou 2 fois par an, il peut arrivé que je sois invitée et que le repas soit à base de viande parce que la bienséance fait que..., la personne ayant réalisée le repas, l'a fait avec amour, et dans ce cas je remercie la bête de son sacrifice et invite chaque cellule ingérée à rejoindre la lumière.

    Aujourd'hui je remercie Gilles et tout ce que j'ai vu et qui m'as profondément choqué, mais je crois qu'il fallait que je vois pour comprendre et changer mon comportement de consommation. Alors même si tout n'est pas encore parfait ! Merci pour cette leçon que le règne animal m'a envoyé, je suis désolée pour avoir cru que j'avais tous les droits sur vous !!! Désolée, Merci, je vous aime !!!

  • #1

    martine Lemaitre Einhorn (jeudi, 31 mai 2018 23:32)

    Merci Corinne pour ton partage, c'est exactement ça, ce que j'ai ressenti il y a deux ans maintenant ! deux ans que je ne mange plus de viande, ma fille non plus et mon fils est sur le chemin !
    Depuis, je suis en accord avec moi meme et je peux regarder les animaux sans malaise..
    Belles pensées à toi et à Fleure
    Martine