· 

Le Nain Poilu

Retour de Brocéliande

(désolée pas possible de trouver une photo adéquate ^^)

 

Bonjour à tous,

 

Ici c’est de la suite dont nous allons parler, du lendemain, de l’après fête, ou devrais-je dire stage.

 

Nous nous sommes quittés toujours avec l’envie que ça recommence, mais avec une fatigue évidente tout de même.

Chacun retournant dans ses pénattes, je reprenais avec ma petite Fleure la longue route de la maison.

C’est une fatigue toute particulière qui m’a gagnée la journée passant, mais vraiment au point que ma fille s’inquiétait pour moi.

 

Nous avons donc fait une pause dans un camping dans le Cher, qui tombait à pic.

 

A la minute ou nous sommes arrivées, j’ai su qu’il serait un temple pour nous ce soir là, et ce fut le cas !

Tout y était, le silence, les oiseaux, de l’eau chaude, le soleil, l’amabilité du personnel, un service respectueux et opérationnel.

 

Mais revenant à notre histoire, il est 21 heure et je n’en peux plus je vais me coucher. C’est alors que je vois dans un avant sommeil, une personne couverte d’aiguilles, oui je ne plaisante pas, comme un nain poilu, mais recouvert d’aiguilles.

Avec un regard pas très sympathique, elle les dirige dans ma direction, mais une magie dont je ne suis pas consciente, les lui renvoie comme si elle était aimantée. A chaque tentative contre moi, le nombre d’aiguilles augmente, mais elles sont retournées contre elle avant même qu'elles ne m'atteignent.

Je me dis que ce n’est pas cool, je comprends ma fatigue anormale du jour mais je suis tout de même bien triste pour cette personne qui continue à recevoir encore et encore des quantités toujours augmentées d’aiguilles qui la font vraiment ressembler à un nain poilu.

 

Ok, je n’y peux rien et mes « instances célestes » me disent de laisser faire !

Etant obéissante, je laisse faire, mais jettte un coup d’oeil très régulièrement quand même. Le temps passe, mardi passe, les choses ne changent pas, mon agresseur continue, mercredi, jeudi, vendredi, j’en parle à mon groupe lors de la formation.

 

Bon exemple qui pourrait nous faire glisser dans la peur, mais efficacité du soin de protection d’urgence proposé il y a quelques temps (zone de tension, vous vous rappelez ?)

Nous avons pleins de choses à tirer de cette expérience, j’en profite.

Vient samedi, et l’agresseur enfin, tombe au sol épuisé !

Pourquoi ? 

Quelle est donc cette expérience ?

Je comprends que nous avons mis fin à une haine, une haine qui m’était adressée, mais qui concerne aussi beaucoup d'autres, il m’a été donné de la vivre consciente, sans émotions, sans peurs, sans conséquences, détachée.

Je ressens une grande étape de passée, une grande joie d’avoir accueilli la souffrance de l’autre sans apitoiement, sans intentions, sans culpabilité et voilà que je réalise que j’ai vu physiquement mon agresseur, que je le connais, que la vie qui a suscité autant de haine est terminée que nous en sommes libérés.

Je vais certainement revoir cette personne, je suis curieuse de voir si quelque chose aura changé.

Le détachement ici prend tout son sens, je comprends ce qui nous est dit depuis toujours dans les livres sacrés, je comprends la parabole qui dit : 

 

« Lorsqu’on te frappe la joue droite tend la gauche » 

 

Et oui nous ne risquons rien, il nous suffit d’écouter ce qui nous est dit, d’avoir confiance ou foi en ce que nous savons, sentons juste.

 

Souhaitant que mon témoignage, vous éclaire sur le chemin que nous suivons tous,

 

Dans la joie du partage, 

 

Corinne Lebrat  

Écrire commentaire

Commentaires: 0